Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner]
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar


☂ Age : 29
☂ Nombre de cartons : 16
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Entre hôpitaux et studio?
☂ Je suis : Etudiante en Danse


Appart 412

MessageSujet: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Mer 26 Sep - 1:45

    J’avais eu un jeudi vraiment pourri, c’était le dernier jour de ma semaine à l’université, mais ça avait été particulièrement difficile. J’avais finie à 23 heures, complétement brûlée, je ne rêvais que d’une chose, rejoindre mon lit frais que je réchaufferais de mon corps tout courbaturé. J’allais me coucher après un bon bain, puis faire une grasse matinée des enfers! Enfin rentrée, c’est exactement ce que j’avais fait… un bain pas trop long parce que je m’endormais dedans et puis hop entre les draps, que du bonheur. Je m’étais endormie comme une masse après avoir éteint tout ce qui pouvait sonner le matin : réveil, cell, téléphone fixe, j’avais même enlevé la pile de ma montre. J’allais faire la marmotte et personne n’avait intérêt à m’en empêcher. Mais bon c’était vendredi, je risquais quoi? Tout le monde avait cours ou travaillait, non? Le sommeil c’était doux, c’était tout chaud, c’était comme navigué sur un joli nuage blanc à travers un ciel bleu. Après une semaine pareille en même temps, j’avais bien le droit à un grand repos. C’était pas souvent que j’avais un long week-end et je comptais bien en profiter pour ne rien faire et me détendre. Enfin, je dormais comme un ange dans mon grand lit, avec un beau mec qui m’accompagnait dans mon rêve torride. Puis soudain, tout se mit à tournoyer, ça virait clairement au cauchemar. Je me débattais contre un ennemi invisible et je me réveillai pour finir en sursaut.

    Keskispass?

    Ouvrant mes yeux collés par le sommeil, je regardais autour de moi… qu’est-ce qui avait bien pu me réveiller ou qui? Il fallait que je le découvre pour que je puisse très lentement le découper en rondelle et le jeter par la fenêtre. Après ce petit interlude, je reviendrais me coucher et plus personne ne me réveillerait, ooooh doux rêve. Mais non, y’a bien un truc qui m’empêche de dormir! Je remonte ma couverte sur ma tête te ferme les yeux forts pour essayer de faire abstraction. Après un moment, je sors ma tête et regarde autour de moi. Je vais vraiment devoir aller scalper le criss d’abruti qui écoute de la musique à fond aussi tôt le matin! Il est à peine 7h30 et merde! Je me lève et je me change même pas, je garde mon min short noir et mon chandail à bretelle et en dentelle rose pâle et je me traîne à travers mon appart. Un arrête salle de bain s’impose, je m’asperge le visage d’eau, histoire d’avoir quand même une tête plus ou moins réveillée. Je passe mes doigts dans mes cheveux pour les démêler un peu et sort de mon appartement pour voir d’où vient ce bruit monstre. À voir, il n’y a presque personne dans cet immeuble à cette heure-là ou alors la musique à fond dérange personne. Je suis la musique et j’arrive devant une porte, le 404! Je vais m’en rappeler de ce numéro-là, alors ça pour sûr! Je suis pas une voisine chiante de base, mais là… il me dérange dans mon premier jour de grasse matinée depuis bien longtemps. Parce qu’entre les cours, les répétitions et les visites à l’hôpital pour la famille, c’est pas comme si j’avais du temps en masse. Je frappe à la porte et attend impatiemment que celle-ci s’ouvre. Il faut que je frappe une seconde fois avant que quelqu’un vienne m’ouvrir. C’est un mec… j’aurais pu le parier. Il est bien plus grand que moi et plutôt mignon, mais là je suis pas contente. Et attention une Veronika pas contente, ça peut être dangereux… Je vais lui arracher la tête! Mais d’abord, je vais l’engueuler, ça va me calmer les nerfs un peu.

    T’es malade? C’est quoi c’te musique de barbare à c’t’heure-là? J’vis à l’autre bout du couloir et tu m’as réveillée…

    Je lui chiale contre à peine a-t-il ouvert la porte… pas sûre que ce soit la meilleure idée, mais bon! Il m’a sorti de mon beau rêve, m’a privé de ma grasse matinée. Et ça, ça donne des envies de meurtres!






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Nombre de cartons : 8
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Dans mon appart ou ailleurs
☂ Je suis : Flic
☂ Mon humeur est : Toujours assez bonne


Appart 404

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Mer 26 Sep - 2:45

En bon hiboux que je suis, travailler de nuit ne me dérange aucunement. En fait, malgré tout ce que le monde pense, il se passe très peu de chose lorsque la noirceur tombe. Ainsi, lorsque les horaires se font, je fais des beaux yeux à ma supérieur pour obtenir une semaine de nuit par-ci par-là pour me reposer puisque j’ai aucun problème à inverser mes heures de sommeil. Par contre, pour ce 8 heures, j’aurai bien voulu m’arracher la tête. Ils avaient décidé que j’allais faire de la paperasse. MOI! Remplir des longs formulaires emmerdant pour mourir plutôt que de me promener dans les rues paisibles mais néanmoins mille fois plus divertissante que d’être assis devant un bureau. En fait, je suis certain que c’est Jane qui a supplier nos supérieurs pour qu’il me punisse pour je ne sais pas trop quoi. Cela ne peut être qu’un plan arrangé pour me mettre de mauvaise humeur. N’importe qui sait que je suis actif, que j’aime bouger et que j’hais être assis à me tourner les pouces comme le ¾ du peuple! Bref, ma nuit a été une des pires de toutes! J’ai rempli au moins 5 dossiers de drogués qui trainent dans les parages que l’on doit intercepter sous peu. Au moins c’est relier à mes enquêtes futures donc je ne peux pas chialer sur le contenu. Après avoir délaissé rapidement mon poste à mon remplaçant qui rentrait à 6 heures, je me suis empressé de partir vers l’appartement sans oublier de laisser une note que la semaine prochaine je voulais être de jour et à l’extérieur. Le seul petit problème c’est que je ne m’endormirai pas avant au moins une heure ou deux… Meilleur moment pour faire du ménage quoi! Cette bulle m’arrive une fois tous les 2-3 mois et je dois avouer qu’elle devrait m’arriver plus souvent. Rapidement je délaisse mon habit de flic pour enfiler une paire de jogging trop confortable et un chandail blanc. Prêt à commencer, j’observe le beau bordel auquel mon appartement ressemble. Ma mère m’aurait tapé sur les doigts .Cependant je peux me défendre que j’ai une vie très rempli… Défaite surement, valable quand même à mes yeux. Maintenant au boulot! Par contre, faire du ménage sans musique c’est démotivant. Sept heure passé, je peux ouvrir la radio assez forte pour m’encouragé à terminer. Lavage, faire le lit, vaisselles, vider poubelle, tout y passa en cette matinée fort énergique malgré mon manque de sommeil qui va se faire sentir un jour. Quoi, à cette heure-là, un vendredi matin, tout le monde est parti travailler ou à leur cours donc je ne pense pas être dérangeant. Bref, après avoir terminé ménage rapide mais efficace, je sens mon estomac crier famine. Un bon déjeuner serait tellement bon! Je remplir ma cafetière et la met en fonction puis sors ma nourriture. Toutefois, je me fais vite déranger. Quelqu’un cogne à la porte… Oups x)! J’aurai pu fermer tout suite la musique mais non, j’y pense même pas avant d’aller ouvrir la porte. Aussitôt ouverte, je me fais engueuler par une jolie demoiselle que j’ose la regardée sans gêne de haut en bas en plus. Je la connais même pas en plus… Quoi qu’il faut dire que ça fait pas si longtemps que j’habite dans l’immeuble et que je suis rarement dans mon antre. Si elle chiale, elle n’avait qu’à s’habiller plus convenablement la belle. Involontairement, un sourire narquois s’accroche à mes lèvres.

« Bon matin ! Euh c’est la radio donc je ne crois pas que c’est barbare. »

Bon je vais essayer de ne pas trop la chercher bien qu’avec le bon matin j’ai dû déjà la déranger… Elle a des yeux de meurtrière qui me lance des couteaux ultra coupant. J’aurai pu la chercher un peu plus puisque j’ai le droit de faire du bruit à partir de 7 heure toutefois je ne crois que cela est une bonne idée. Je ne veux pas finir mort, je suis trop jeune quoi! Ouvrant un peu plus grand la porte, je peux me le permettre l’appart est clean, je me retourne et va éteindre la radio pour revenir m’accoté contre le cadre de la porte en croisant mes bras. Un peu trop docile à mon gout mais pas suicidaire en ce vendredi matin. A cette proximité, et malgré sa colère assez voyante, je remarque ses yeux d’un bleus océaniques… Oufff hallucinant, j’aurai pu parier sur des verres de contacts mais je me retiens de lui faire le commentaire, je ne veux pas la vexer quand même. Déjà qu’elle m’aime pas trop faut pas en rajouter!

« Désolé d’avoir pu troubler ton sommeil. Sincèrement, je pensais qu’il n’y avait pu personne sur l’étage. Donc promis, tu peux retourner te coucher sans entendre ma musique avant que quelqu’un ne te voit dans cette accoutrement sortant de chez moi.»

Je n’ai pas pu résister à me moquer d’elle tout en la regardant de nouveau. Nu pied, tenu légère, elle sortait tout juste du lit et sa paraissait qu’elle le veuille ou non. Remarque que je dois pas avoir fier allure moi non plus! Probablement les yeux cernés, vêtements simples, cheveux un peu en bataille...Sauf que moi, je me soucis peu de mon apparence dans ce genre de moment. Rigolant dans ma barbe, je me retourne pour aller chercher une tasse de café que je rempli à ras bord. Un café bien noir va me faire grand bien pour éclaircir mes idées non? M’attendant à me faire engueuler, je m’assois sur le comptoir de ma cuisine et prend une gorgée. Pas bien de chercher une tigresse lorsqu’elle est de mauvaise humeur. Faut bien croire que je suis en manque profond de divertissement vu cette nuit fort longue et inutile… Peut-être un jour vais-je comprendre à me taire et à ne pas rire… Arff!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 29
☂ Nombre de cartons : 16
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Entre hôpitaux et studio?
☂ Je suis : Etudiante en Danse


Appart 412

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Mer 26 Sep - 19:07

    On avait osé me réveiller, je n’en revenais pas! Bon, j’avoue que personne ne savait non plus que je dormais comme une bienheureuse dans mon lit douillet et qu’il pensait comme moi que tout le monde était parti donc qu’il pouvait mettre sa musique à fond pour faire je sais pas quoi. Mais mince, un peu de respect… je veux dormiiiiir! Je suis donc aller à l’appartement de la personne que j’ai envie de tuer et je me suis fait recevoir par un beau gosse qui me regarde de la tête au pied sans aucune gêne. Bon okay, j’aurais pu m’habiller plus décemment… mais j’avais pas la force de me changer, je sortais du lit quand même! Un sourire narquois vient se coller à ses lèvres alors que je viens de chialer contre lui et sa musique de brute. Il est pas d’accord avec moi, aucun doute. Je suis impatiente et j’ai toujours envie de lui coller une gifle mais je me retiens. Paraît que faut pas balancer des claques à tout va… surtout pas aux inconnus. Le pire? Il me salue tranquillement en me disant que ça a rien de barbare, c’est juste la radio. Si mes yeux étaient des armes, il serait déjà au sol en train de rendre l’âme… Mais ce n’est pas le cas, alors il a de la chance. Il va éteindre la radio, dieu merci, un peu plus de calme. Puis il revient s’accoter contre la porte comme si de rien était. Il me regarde encore et je suis en train de me rendre compte que je suis pas vraiment habillée pour me prendre la tête avec un voisin. Si quelqu’un débarquait dans le couloir, à tous les coups il penserait à une engueulade d’amant ou juste à la fille qui sort de chez son amant. D’ailleurs il a l’air de penser un peu pareil. Mais d’abord il s’excuse, ce qui m’étonne, j’avoue! Il marque des points le voisin du 404. Puis il me dit que je peux rentrer dormir, qu’il me dérangera plus, et que je devrais y aller avant que quelqu’un me voit comme ça sortir de chez lui. Il se fout de ma gueule, enfin en partie du moins. De toute façon, il est trop tard pour retourner me coucher tout de suite. Alors que je lui réponds, il s’en va tranquillement se chercher une tasse de café.

    Fous toi pas de moi toi… et puis c’est trop tard pour retourner dormir… j’suis trop réveillée et énervée! Pis franchement… j’m’en fous si on me voit sortir comme ça de chez toi. Si les gens croient que j’ai couché avec toi, c’est des abrutis. Je couche pas avec n’importe qui…

    Je souris en coin. Il m’agace autant l’agacer aussi! S’il croit qu’il peut se foutre de ma gueule impunément, il me connaît pas… ben non, logique, il me connaît pas du tout… je l’ai jamais vu dans l’immeuble, je suis là depuis pas très longtemps en même temps, mais bon il va vite apprendre que je ne me laisse pas faire. Bref! J’ai un petit peu moins envie de le décapiter parce qu’il a pas l’air trop con, même s’il se fout de ma gueule. Par contre, un vrai j’m’en foutiste... J’aurais pensé qu’il allait me dire de rentrer chez moi et qu’il refermerait la porte, mais non… ça avait l’air que ma compagnie n’était pas trop désagréable ou alors il avait envie que l’animation continue. Il a été chercher son café et maintenant est assis sur le comptoir de sa cuisine et il me regarde de là-bas… Je le regarde enfin comme il faut, des pieds à la tête aussi. Il est en tenue d’intérieur, il a l’air fatigué, les cheveux en bataille… mais je dois avouer que c’est un beau mec pareil. Il est grand, a l’air musclé, sûrement un grand charmeur et un tombeur. Mais là, il me regarde depuis l’intérieur de son appart et je sais pas, j’ai vraiment l’impression qu’il a envie de rire et de se foutre de moi plus ouvertement. Je me demande si je fais peur quand je suis fâchée, enfin plutôt folle de rage en repensant au moment où je suis arrivée devant chez lui et qu’il a ouvert la porte. Je me suis quand même un peu calmée depuis. J’haussais les épaules en me passant une main dans les cheveux.

    Pour m’avoir réveillé, tu pourrais au moins m’offrir un café… Mais bon, l’animation qui a l’air de beaucoup t’amuser est finie et vu que t’es un mauvais hôte, je m’en vais.

    Je fais demi-tour et avance dans le couloir. Je me demande ce que je vais bien pouvoir faire maintenant que ma grasse matinée est complétement scrapée. Il est à peine 8 heures le matin et je n’ai rien de prévu avant le milieu de l’après-midi. Mauvais journée qui commence.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Nombre de cartons : 8
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Dans mon appart ou ailleurs
☂ Je suis : Flic
☂ Mon humeur est : Toujours assez bonne


Appart 404

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Mer 26 Sep - 20:34

En fait, j’avais vraiment bien fait de mettre la radio forte. Normalement, je suis plutôt du genre de locataire silencieux que l’on ne voit jamais et que l’on n’entend encore moins. Toutefois, il m’arrive à certain moment de sortir de mes habitudes. En plus d’avoir accomplir tous mes tâches ménagères, je reçois une belle créature sauvage à ma porte. Et oui, je précise bien sauvage puisqu’elle a bien du cran cette demoiselle. Alors que j’ose l’agacer, elle le prend mieux que je l’aurai pensé et me renvoi même une pointe. S’il y a une chose qu’elle doit apprendre de moi c’est que je me moque toujours de tout le monde et ne prend pas grand-chose au sérieux même lorsque je suis en service. Par contre, je n’ai pu m’empêcher de sourciller à son ‘’ coucher avec n’importe qui’’! Quand même, faut pas abuser, je ne suis pas n’importe qui… Du moins, c’est bien ce que je crois. Ravalant une réplique probablement grasse, je prends une autre gorgée de café.

« J’avoue qu’il y a peu de chance que quelqu’un te voit puisqu’ils sont tous partis. Comme ça, tu n’auras pas d’abrutis qui vont penser autrement! »

Maintenant à mon tour de me faire regarder, donnant donnant je suppose. Sauf que moi, je me fou de mon apparence, je suis chez moi et c’est elle qui ma déranger d’un certain sens. En fait, je ne pense pas vraiment qu’elle s’en fou. Elle doit faire partie des filles qui se soucient involontairement ou non de ce que les autres pensent d’elle. Cependant, pour le moment elle est un peu trop vexée pour dire ce qu’elle en pense vraiment. Aussi, elle doit me répliquer simplement pour m’agacer sauf que moi, je suis d’humeur assez joviale et je suis capable de prendre assez d’insulte ou commentaire sans broncher sauf certaines exceptions évidemment. Puis je la vois se passer une main dans les cheveux. Elle semble nettement plus calme maintenant depuis que ma ‘’monstrueuse et horrible’’ musique est éteinte. Je me demande comment elle aurait réagi si je lui aurais claqué la porte en plein visage et augmenter le son. En fait, non, je ne veux pas savoir j’aurai ressemblé à quoi le lendemain. De plus, elle reprend son petit ton de princesse. Elle aurait voulu que je sois plus sympathique qu’en ce moment. Mais elle vit sur qu’elle monde elle? La plupart des gens lui auraient gueulé de retourner à son appart et de se taire. En gros, je ne me trouve pas ma classe avec elle… Si on oublie que je moque littéralement d’elle en pleine face. Aussi, elle ose me traiter de mauvaise hôte, dois-je lui rappeler que je l’ai aucunement invité… Trouvant la situation de plus en plus drôle, je la regarde partir. Soit je la laisse partir et ferme la porte, soit je fais un gentleman de moi et je lui offre un café et m’excuse gentiment sans rire. L’espace d’un instant, j’imagine les sermons que Jane, Emma et même ma mère me dirait vu mon impolitesse devant cette fille. Bon ok, pour une fois, je vais être vraiment gentil! Déposant mon café sur le comptoir je roule des yeux pour débarquer, je déteste m’excuser mon orgueil masculin est un peu trop gros. J’empresse le pas et regarde dans le corridor. De dos, je dois avouer qu’elle a un de ses corps…Oufff… Elle doit en prends soin ca j’en doute même pas! Corps svelte, mince, mollets musclés et des fesses bien fermes j’en suis certain! Longs cheveux blonds, de perles bleues vifs, un caractère flamboyant… Je pari qu’elle doit en avoir plus d’un à ses pieds et qu’elle doit avoir un franc succès auprès des hommes. Bref, la n’est pas la question, je sors de mon appart et la rattrape un peu plus loin dans le corridor pour accrocher son bras.

« Si cela peut te faire plaisir, j’ai vraiment beaucoup de café et je déteste me faire traiter de mauvais hôte, tu me connais même pas. Pour te faire encore plus plaisir, au moment que tu vas partir tu auras juste à mettre de la musique et ça va être moi qui va être incapable de dormir et j’irai même plus me plaindre! »

Sans rien lui demander, je lui souris et la tire vers mon chez moi tout en parlant et je m’occupe même pas de ce qu’elle veut. Je la fais passer devant moi puis referme la porte derrière nous avec mon pied. Rapidement, je sors une autre tasse et la rempli généreusement pour lui tendre. Puis je lui tends ma main pour me présenter tout en essayant de rester moindrement sérieux. Dorénavant, je vais peut-être penser avant de me moquer d’une vraie furie.

« Si tu veux sucre ou lait, tu as simplement à demander. Et je me présente, Tanner Andrew Bomer mais tu peux m’appeler Tanner, Drew ou autre, il y a peu d’importance. Et toi? »

Mon dieu, je suis trop poli, la fatigue est vraiment présente je crois bien… Au moins, après ça elle ne pourra pas dire que je suis ‘’n’importe qui’’… Oui oui, je suis rancunier par moment et là, elle m’a piquée avec certains mots. Je suis quasiment certain qu’elle va soit tomber sous mon charme ou bien me faire gifler et en toute honnêteté, dans les deux cas, je vais bien m’amuser. Bon, j’arrête la grande estime de moi, elle va être drôlement difficile à approcher elle. Après lui avoir serré la main, je reprends ma tasse de café et m’assoie sur une chaise et lui fait signe de la main qu’elle peut prendre place à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 29
☂ Nombre de cartons : 16
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Entre hôpitaux et studio?
☂ Je suis : Etudiante en Danse


Appart 412

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Jeu 27 Sep - 3:24

    Je sais pas vraiment pourquoi mais je sens que ma petite réplique sur le n’importe qui a fait mouche. Monsieur serait-il vexé? Peut-être un peu… en tout cas, aucun doute que je l’ai touché avec cette petite pointe pas vraiment sympa. Que voulez-vous? Je suis une fille totalement adorable… si on ne me réveille pas quand il ne faut pas. Et aujourd’hui est exactement un jour où il aurait fallu me foutre la paix. Mais bon, il m’amuse un peu. Ça n’a pas l’air de le déranger du tout que je me pointe à son appart pour l’engueuler et chialer sur sa musique, il l’éteint docilement et ne me ferme même pas la porte au nez. Je suis surprise… Franchement, je m’attendais plus à me faire recevoir par un genre de va te faire foutre et ploc la porte refermée. S’il avait fait ça, je l’aurais haï pour le restant de ces jours, mais là… il n’était pas franchement le mec le plus agréable que je connaissais (en même temps, je savais même pas qui c’était)! Mais bon, il était pas non plus hyper désagréable, alors que je faisais ma garce. Après ma pique plutôt vicieuse, il me répond que de toute façon tout le monde est parti, donc aucun risque ou presque. C’est sûr qu’on a l’air d’être les seuls sur cet étage. Après lui avoir balancé qu’il aurait au moins pu m’inviter à boire un café et qu’il était mauvais hôte, je me retourne et marche en direction de chez moi. Je pensais vraiment qu’il allait claquer sa porte et puis c’est tout. Mais non… j’entends plutôt des pas derrière moi. Je n’ai aucune envie de m’arrêter, s’il veut me chialer après qu’il me rattrape. Et bien, il me rattrape effectivement par le bras et je me retourne prête à montrer les griffes si nécessaires.

    Sur ce coup-là, je dois avouer qu’il me surprend. Il me propose un café parce que je l’ai traité de mauvais hôte et me donne un truc pour lui rendre la vie dure… soit mettre à mon tour la musique tantôt pour l’empêcher de dormir à son tour. Travaillerait-il de nuit? Mmh, je vais devoir creuser un peu pour en savoir plus. Pas qu’il m’intéresse, juste par pure curiosité. J’hausse les épaules à ses mots, je suis de un pas sûre d’avoir envie de déjeuner avec lui et puis de deux c’est vraiment pas mon genre de faire ça. Mais je le trouve charmant d’être venu me rattraper. Mais bon, je n’ai absolument pas le temps de réfléchir à la question vu qu’il m’attire chez lui tout en me parlant. Mon cerveau ne doit pas être complétement réveillé parce que je le suis sans dire un mot. Il me prend au dépourvu! Et en petite tenue en plus! Il me pousse à l’intérieur de son appart, referme la porte puis va me servir une grande tasse de café. Puis il me dit que si je veux quoi que ce soit dans mon café, j’ai qu’à lui dire et puis il se présente enfin. Il s’appelle Tanner, enfin c’est son premier prénom et je vais l’appeler comme ça, je sais pas encore si j’ai le goût de lui donner un surnom. Je le regarde un peu suspicieuse puis lui sourit en lui serrant la main.

    Bon… d’accord tu m’as eue, on fait une trève! Merci pour le café, je prendrais deux sucres et une lichette de lait. Moi c’est Veronika Mia O’Maley… Vero ou Mia comme tu veux.

    Je sais pas trop ce qu’il cherche… que je tombe sous son charme? Il aurait mieux fait de pas me réveiller ce matin. M’énerver? Il allait pas réussir maintenant que mon humeur était revenue! J’étais pas vraiment d’humeur colérique en général, il avait juste été malchanceux. Mais bon, j’allais quand même le prévenir de ne plus jamais me réveiller de même. Je le regarde qui va s’asseoir puis accepte son invitation lorsqu’il me fait signe de venir m’asseoir avec lui. Il a été à demi poli, je peux bien l’être un peu aussi… À demi? Oui, parce que me tirer dans son appart sans me demander mon avis, c’était un peu… cavalier! Je savais pas trop comment le prendre lui, j’étais convaincue qu’il pouvait se montrer charmant et charmeur pour amener des jolies filles dans son lit, mais je sais pas! Enfin, la rencontre avait le mérite d’être intéressante et puis ça me faisait de l’occupation vu que j’étais réveillée. Je m’installais confortablement et puis le jaugeait du regard.

    Bon, vu que tu m’as réveillée mais que tu as la courtoisie de m’offrir un café… je vais pas t’arracher la tête. Mais bon… j’peux savoir pourquoi tu mets le son aussi fort à matin? Et pis t’es quoi? Barman dans une boîte pour finir aussi tard?

    Et voilà que ma curiosité était réveillée… J’allais quand même pas déjeuner chez un type dont je ne connaissais que le prénom. Fallait pas exagérer quand même. Mais bon il avait l’air sympa, j’allais lui laisser le bénéfice du doute!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Nombre de cartons : 8
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Dans mon appart ou ailleurs
☂ Je suis : Flic
☂ Mon humeur est : Toujours assez bonne


Appart 404

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Jeu 27 Sep - 6:04

Quel soulagement, la tigresse range ses griffes, me sourit et me serre la main. Au moins, je vais avoir réussi à remonter un peu dans son estime et à me faire pardonner pour l’avoir réveiller. Je sais à quel point le sommeil est une de nos grands amis donc je peux quand même imaginer que c’est frustrant d’être réveillé subitement contre son gré, mais ça, je ne vais pas l’avouer ! La poignée de main est un moyen rapide d’en connaître beaucoup sur une personne. En l’espace de trois secondes, je peux en conclure qu’elle n’est pas réticente et semble à l’aise vis-à-vis de moi. Vive les cours de formation que j’ai reçue! Puis, je me répète son nom en tête. Non, je ne l’a connais pas et je n’ai pas plus entendu parler d’elle. Pour faire ma petite enquête personnelle, je vais demander à mes deux acolytes si elles en savent davantage. Pendant qu’elle prend place devant moi, je me relève et va chercher le lait, le sucre et une cuillère. Remplissant son café, je l’écoute dire qu’elle ne m’arrachera pas la tête. Première réaction; un sourire s’accroche à mes lèvres. La deuxième; soulagement, je vais garder ma merveilleuse tête sur mes épaules! Finalement, elle me semble beaucoup sympathique qu’il y a une dizaine de minutes. Je brasse légèrement le tout, puis va reporter le sucrier dans l’armoire, le lait dans le frigidaire et la cuillère, elle, elle se fait lancer dans le lavabo. De retour assis sur ma chaise, je m’assoie à mon tour confortablement. Involontairement, je rigole à ses questions… Moi barman? Oui bon, j’ai peut-être l’allure physique du métier mais quand même. Au moins, j’ai piqué sa curiosité faut croire.

« Comme tu as dû en conclure tout à l’heure, j’ai travaillé de nuit. Pour la musique, c’est simplement pour me motiver à faire le ménage sinon, je n’aurai pas terminé j’en suis certain. Par contre, je crois que je n’ai pas vraiment porté attention au volume que j’ai mis… Et non je ne suis pas barman, loin de la même, je suis flic. »

En fait j’aime bien l’idée de barman. C’est un emploi de nuit mais il y a toujours de l’action… Sauf plusieurs choses qui se passent dans les bars ne sont pas nets et je trouve mon boulot que j’ai mille fois plus pertinent. Toutefois le poste de barman amène certain avantage dont les filles et elles, elles ne sont jamais sérieuses en relation donc parfait pour moi. Remarque que même s’en ce job, j’en trouve pareil. Prenant une autre gorgée avant que le café ne vire trop froid, je passe une main dans mes cheveux. Dire que j’étais un policier m’apporte toujours différente réaction. La plupart pense à ne plus me déranger, d’autre que je vais régler tous les problèmes de la ville, certains qui s’en fiche royalement ou encore de m’éviter comme la peste. En fait, cela dépend tout simplement du type de personne, et si je l’ai bien cernée, elle va s’en foutre éperdument comme tout autre emploi. Au moins, je n’ai pas dit que je m’occupe quasiment que des stupéfiants, là, le monde me trouve plutôt fou puisque c’est drôlement plus dangereux que le reste, mais c’est un bon moyen de se sentir vivant et très utile. Puis, je repense un peu, elle va probablement me reposer d’autre questions puisque je suis un peu vague donc mieux répondre tout suite!

« Cette nuit j’ai travaillé dans les bureaux et quand je reviens de travailler vers 6h30 je m’endors jamais. Donc c’est pour ça que je me suis occupé ce matin puisque je ne vais pas dormir avant au moins 9 heures. Désolé encore une fois que la musique bestiale est parvenue à tes oreilles! »

Bon peut-être un peu trop d’expliquer mais ma nuit avait été si longue, si pénible et surtout sans personne. J’ai passé 8 heures à me parler tout seul jusqu’à temps que le remplaçant arrive et qu’il me dise seulement salut. En gros, j’étais en manque de social. J’aurai pu appeler Jane ou Emma , mais elles devaient toutes les deux être en train de se préparer pour une journée remplie donc interdiction de les déranger sous peine de me faire hurler dessus. En fait, dans tous les cas, je me fais toujours crier dessus… Et oui je suis le jeune homme martyrisé et qui se fait toujours crier dessus…Je fais pitié non? Soit, mieux vaut garder cette réflexion pour moi. Puis je balai l’air de ma main pour montrer le changement de sujet pour ne pas trop s’y attarder.

« Assez parler de moi maintenant. À mon tour! Puis-je savoir pourquoi tu dormais un vendredi matin? Pas d’emploi et ni aux études?»

Quoiqu’elle peut très bien avoir décidé de manquer ces cours. En fait qu’elle âge a-t-elle? Avec un visage légèrement enfantin vu les yeux, cheveux et teint si pâle sont âge est pas facile a estimé… Je crois bien qu’elle a 20 ans peut-être plus ou moins j’en sais rien, un homme ce n’est pas terrible pour évaluer ce critère et j’assume parfaitement. Bref, ça ne me concernait pas mais puisqu’elle avait posé des questions, je peux bien me permettre d’en poser quelques-unes. Et c’est là que je réalise que j’ai faim…Oufff la connexion cerveau, estomac est rapide aujourd’hui. Attendant sa réponse, je me lève et file fouiller dans les armoire sortir le pain, puis le frigidaire pour sortir œufs, fruits, jambon et petites patates déjà coupés puisque je suis lâche de faire cette tâche.

« Veux-tu manger tant qu’à y être? Et t’inquiète ça me gêne aucunement, j’ai en masse de nourriture pour 1 mois à moi seul. Je te permets même de choisir ce que tu veux et t’aura même pas besoin de te lever. »

Je me retourne vers elle en lui adressant un clin d’œil puis l’écoute tout en coupant des pommes. Et oui, un homme qui cuisine le petit déjeuner et qui écoute en même temps ça existe. En fait, je n’ai pas vraiment le choix, j’habite seul depuis assez longtemps pour m’être développé une certaine autonomie et à bien manger. Au moins, ma mère peut être fière de ça, je suis un hôte hors-pair quand ça me tente et que mon humeur me le permet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 29
☂ Nombre de cartons : 16
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Entre hôpitaux et studio?
☂ Je suis : Etudiante en Danse


Appart 412

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Sam 29 Sep - 4:42

    Bon ce Tanner n’a pas l’air si pire, il m’écoute parler et m’a invité à boire un café. On va voir s’il remonte encore un peu dans mon estime ou pas. Parce qu’il ne faut quand même pas oublier qu’il m’a réveillé et plutôt violemment… j’ai failli tomber de mon lit, même si je ne le lui dirais jamais. Il est déjà assez moqueur sans que je lui rajoute de quoi. Il sourit un peu plus largement quand je lui annonce que je vais pas lui arracher la tête, et cela me fait sourire aussi. C’est le fun s’il est capable de pas me prendre complètement au sérieux, tout en gardant en tête que je peux être dangereuse quand même. Il me répond de bonne grâce, il a bien travaillé de nuit (je suis trop forte) et la musique c’était pour faire le ménage… J’ouvre grand les yeux et je souris. Je pourrais presque lui pardonner d’avoir mis la musique aussi forte pour faire le ménage… parce que j’avoue que je la mets à fond aussi… mais dans mes oreilles uniquement, vive les écouteurs. Faut avouer que j’ai tendance à danser et chanter aussi d’ailleurs. Tant que personne ne me voit, c’est pas pire. Et puis il m’annonce son métier. Okay, là je suis vraiment étonnée. Je sais pas, mais je le voyais pas flic du tout! Y’a pas vraiment de genre pour être flic, mais je sais pas… lui je le voyais pas là-dedans. Je bois un peu de mon café, il va falloir que je pense à prendre mon médoc en rentrant à la maison, mais bon c’était pas pire je l’avais pris hier soir déjà. Comment résister à une touche de lait dans un café? J’étais pas capable, c’est pour ça que bien souvent j’évitais le café. Il reprend avant que j’ai le temps de dire quoi que ce soit. Il a travaillé dans les bureaux et puis il s’excuse encore. J’hausse doucement les épaules alors qu’il continue sur sa lancée en me disant qu’on avait assez parler de lui et qu’on pouvait bifurquer sur moi. Il me demande pourquoi je dormais un vendredi matin et si je ne faisais rien. Je souris en coin et puis, il me propose un petit-déjeuner… Wahou, alors là, franchement, je m’y attendais mais vraiment pas.

    Ben je sais pas là… mais j’ai faim… surprends moi!

    Je bois encore un peu de mon café puis le regarde longuement. Il fait la cuisine, il faut avouer qu’il marque des points. Mais bon, il vit seul, heureusement qu’il se nourrit quand même. Quoi que je connais des chums qui se font juste livrer ou mange des pizzas et du surgelé à longueur de journée et de semaines. Je comprends pas comment tu peux juste manger du surgelé. Bon faut avouer déjà que j’engraisserais et que ça serait pas franchement bon pour mes études, mais bon, si on passe ce côté-là… je préfère manger santé quand même. Une pizza ou une grosse frites de temps à autre, c’est délicieux… mais pas trop souvent. J’suis pas fan de junk food!

    Je te voyais pas du tout en flic quand même… Mais bon, l’uniforme c’est cute comme tout.

    Je souris en coin, on verra bien l’effet que cela fait. Mais bon, c’est vrai que l’uniforme… moi je trouve ça absolument sexy! Enfin, ça dépend les uniformes, mais celui des flics de Friendswood, sont absolument charmant.

    Bon alors si on vient sur moi… Je suis étudiante mais j’avais une matinée de congé, enfin une journée complète et je me réjouissais de pouvoir dormir après la semaine de fou que j’ai eue… mais bon, tu m’as un peu gâché mon fun sur ce coup-là.

    Il m’a dit que j’avais pas besoin de me lever, mais bon je le fais pareil. Je vais faire un peu comme chez moi. Après tout, il m’a tiré à l’intérieur de son appart sans que je donne mon avis et maintenant il m’offrait du café et un petit-déjeuner. C’était plutôt une bonne deal! Je me levai donc et m’approchais de la cuisine, j’avais envie de voir ce qu’il faisait quand même. Je me hisse sur un des comptoirs et m’y assied.

    Fais moi la même chose que toi, ça sera parfait, évite juste le lait, je fais de l’intolérance… donc juste une goutte ça va, plus, je suis malade.

    Est-ce que j’en ai vraiment dit assez sur moi? Il m’a dit son métier, ce qu’il avait fait cette longue nuit et moi je lui avais juste laissé entendre que j’étais étudiante, sans lui donner le domaine ni rien de personnel de plus en fait. Bon j’allais faire un effort et lui en donner un peu plus.

    Pour te donner un peu plus d’info, je suis étudiante en danse et mes semaines sont complètement épuisante. Mais bon, c’est un peu moins pire depuis que je vis ici, moins de voyagement, ça fait pas très longtemps.

    Il est flic, il doit être curieux quand même. Et bon, il faut avouer que moi aussi je le suis… sacrément même. Bon parfois, je me contrôle et je range ma langue dans ma poche. Mais il a l’air ouvert, il répond à mes questions sans chialage, alors pourquoi ne pas continuer.

    T’es le premier flic que je rencontre, disons en dehors des heures de service… Je lève la main innocente. Non, je n’ai pas de casier judiciaire. J’ai du genre avoir une prune pour un parking et sinon je suis sage comme une image! Tu travailles dans quel département? Tu fais quand même pas que du bureau?

    Je le regarde longuement puis secoue doucement la tête en riant.

    J’aurais quand même jamais pensé que tu étais dans la police… Chais pas là... t'as pas la tête pour ça! Je serais pas bonne en devinage de métier moi...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Nombre de cartons : 8
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Dans mon appart ou ailleurs
☂ Je suis : Flic
☂ Mon humeur est : Toujours assez bonne


Appart 404

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Mar 2 Oct - 4:41

Pourquoi tout le monde a cette réaction de surprise. C’est si étonnant que ça si je suis un flic? Tant qu’à moi non, par contre je dois avouer que même ma mère avait été surprise de mon choix de carrière… En fait, dans ma jeunesse, j’étais un vrai démon. Le genre d’enfant qui se faisait toujours avertir, qui rigolait toujours, qui manquait des cours et qui a eu son lot de problèmes. Mes parents ont longtemps cru que j’étais un enfant à perte total et qui ne ferait jamais un emploi à juste valeur. Aujourd’hui je peux bien en prouver le contraire même si je me fais toujours dévisagé. Bonjour les stéréotypes! Dire que plusieurs me voit davantage comme le vendeur de drogue que celui qui les coincent… Bref, tout pour dire qu’elle ne fait pas exception aux autres et que cela ne me surprend point. Puis revenant à la nourriture, elle me demande de la surprendre. Puis, elle revient silencieuse quelque instant pour siroter à nouveau son café alors qu’elle n’a toujours pas satisfait ma curiosité et elle le sait. Coupant des fraises je l’écoute dire qu’elle aime bien les uniformes. Encore une demoiselle qui trouve irrésistible les vêtements obligatoires qui sont loin d’être beau à mes yeux. Mais bon, avec les femmes je n’y comprends jamais! Selon leur cher diction, il faut souffrir pour être beau…Quant à moi j’irai bien travailler en jogging c’est d’autant plus confortable, je serai mille fois plus discret et je suis certain que le résultat donnerait exactement le même. Évidemment, je n’ai pu retenir un petit rire discret et je la regarde prendre place sur le comptoir un peu plus près de moi. Ensuite, elle aussi décida de m’en dire un peu plus sur elle. J’appris finalement qu’elle est étudiante et elle ne se gêne aucunement pour me rappeler que je l’ai réveillé en ce matin de congé.

« Hey, si j’avais su, j’aurai été beaucoup discret !»

Dit totalement sur un ton faussement coupable. Pas question que je culpabilise pour quelque chose que je ne pouvais pas deviner. Mangeant une fraise qui semblait trop tentante, je prends note de son intolérance un lait. Je ne peux même pas m’empêcher de sourciller… C’est vrai la pire allergie quant à moi, il y a rien de meilleur qu’un immense verre de lait avec des biscuits ! Bref, elle, elle ne doit même pas connaître ça donc ça évite pas mal de calorie et de séances d’entrainement. Ensuite, je mets les petites patates à déjeuner dans une plaque dans le petit four, d’ici 5 minutes, elles allaient être prêtes sans que je lève le p’tit doigt. Toujours en l’écoutant attentivement, je commença à faire cuire les œufs. Le mot danse attira tout suite mon attention… Cela explique assez clairement sa taille fine, presque sculptée au couteau si je peux abuser un peu. D’ailleurs, je me demande qu’elle métier veut-elle faire avec cela. Est-ce des études en attendant de trouver quoi faire ou est-ce vraiment sa passion? De plus, je compris qu’elle était nouvelle dans l’immeuble et quand plus elle a un horaire très chargé. Je me disais bien que je ne l’avais jamais croisé. Sortant deux grandes assiettes de l’armoire je la vois lever sa main. Remplissant les assiettes assez pleines, je lui donne quelque explication puisqu’elle a un petit nez senteux et qu’elle n’a probablement aucun problème avec la justice. La regardant rire, je ne peux m’empêcher de l’accompagner. Faut croire que je suis un étrange personne qui n’aurait pas dû être policier!

« Je travaille dans le département des stupéfiants. Et non je déteste pour mourir travailler dans les bureaux, je suis un gars de terrain et j’y peux rien. Être assis pendant de longues heures à regarder des papiers ce n’est pas fait pour moi. »

Terminant les assiettes, j’observe le résultat en même temps que je discute. Oui, un homme peut faire, par moment et surtout quand sa lui tente, deux choses en même temps. En quelque seconde, je dresse la table; je mets deux napperons et les ustensiles. Avec chance rien ne contenait du lait; œuf, pain de ménage, fruits et jambon. Ainsi, je ne vais pas la faire mourir aujourd’hui. Tout fier, je prends son assiette et lui tend. Prenant la mienne, je me dirige vers la table pour déguster mon merveilleux talent culinaire du moment. Rapidement, je m’attaque à mon assiette et je peux me le permettre puisque mon dernier repas remonte à trop longtemps pour moi.

« Bonne appétit Véronika et en espérant que tu finiras par me pardonner de t’avoir réveillé! Bref, pour le boulot, il y a un inconvénient. Je suis quasiment le dernier arrivé. Donc je n’ai pas grand choix sur mes heures et encore plus de qu’elle job j’occupe. Et cette nuit, j’avais hérité du travail de bureau et j’ai failli m’endormir trois fois dessus. Je crois que je vais être obligé de supplier Jane ou Emma, mes coéquipières de terrain, pour toujours la suivre et ne plus y aller… »

Plus à l’aise que moi un inconnu j’ai jamais vu je crois. J’ai toujours été facile d’approche mais à ce point-ci je ne crois pas. Toutefois, il faut bien sympathiser un jour avec voisins. Elle, comme moi, ne semble pas du tout gêner par les questions. Bon, après mes explications, faut bien retourner vers elle un peu!

« Moi non plus j’aurai jamais deviné que tu étais étudiante en danse. Pourtant, dans mon cas, je devrai avoir un œil plus ouvert mais faut croire qu’à matin il est endormi! Au juste, tu étudie en danse pour parvenir à quoi? Avoir une carrière professionnelle de danse, simplement du divertissement ou autre? Aussi, même si je m’y connais d’aucune façon, qu’elle est ta danse favorite? »

En fait, elle est un drôle de personne quand même. Dire qu’il n’y a pas si longtemps que ça, j’avais rarement vu quelqu’un autant fâchée pour de la musique et maintenant, elle est d’un calme très posé et serein. J’ai dû vraiment la dérangée la pauvre puisqu’elle semble très amicale et gentille si je me fis en ce moment avec ses petits yeux joyeux et ravis puisque je réponds à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 29
☂ Nombre de cartons : 16
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Entre hôpitaux et studio?
☂ Je suis : Etudiante en Danse


Appart 412

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Mer 3 Oct - 12:11

    Bon cette matinée était pleine de surprise et plutôt agréable. Franchement si quelqu’un m’avait dit hier soir que je me ferais réveillé en sursaut, que je me fâcherais puis serait de bonne humeur à nouveau et que je prendrais mon petit-déjeuner dans l’appartement d’un mec que je ne connaissais pas du tout… Je l’aurais jamais cru, aucun doute! Non mais franchement, c’était une journée étrange. Il me donne un peu plus de détail sur son job, il est dans les stups. Okay, là, il a un peu plus la tête de la job, passer inaperçu et surtout pas pour un flic… ça lui allait bien. Je souris en coin. Ça ne m’étonne pas qu’il aime pas la paperasse, je sais pas, je le vois mieux dans des quartiers pourris en train de faire la loi, qu’en train de remplir des dossiers chiants sur les criminels. Je suis presque sûre qu’il est du genre à refiler sa paperasse quand il y arrive. Sûrement pour ça que sa supérieure l’a planté une nuit complète à s’emmerder derrière un bureau. Bon j’avoue que je le juge un peu sans vraiment savoir… mais bon, ce n’est pas vraiment du jugement, juste un essayage aux devinettes sur son compte. Tout se passe dans ma tête et personne n’en saura jamais rien… enfin… Je me reconcentre un peu sur ce qu’il fait, je l’observe terminer les assiettes et je dois avouer que je suis agréablement surprise. Bon, c’est pas souvent que je mange un truc aussi riche, mais une fois de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal, non? On s’installe à table et il finit de répondre à mes questions en me souhaitant un bon appétit. C’est le dernier arrivé, il doit tout juste sortir de l’école de police ou alors il a été muté ou a voulu déménagé… Trop de possibilités en fait. Oh, il bosse avec deux femmes, je me demande à quoi elles ressemblent. Je ris quand il me dit qu’il a failli s’endormir trois fois dessus sa job de cette nuit.

    Tu m’étonnes… ça doit être horrible remplir des papiers toute une nuit!

    Là-dessus, je suis totalement d’accord avec lui! Je suis étudiante, mais après deux heures enfermées dans une salle de classe, j’ai besoin de sortir, prendre l’air et si je peux danser un peu, c’est encore mieux. C’est le truc qui me défoule le plus et quand ça va pas… et bien je book un studio ou me prévoit une grosse sortie en discothèque où je danse jusqu’à presque tomber d’épuisement! Et j’avoue que depuis un an, je danse encore plus intensément qu’avant.

    Bon appétit à toi Tanner! Et merci pour ce petit-déj de reine que tu m’as préparée… je pense que je peux te pardonner presque entièrement après tout ça… Mais malheureusement pour toi, je vais être obligée de me venger un de ces jours… Je sais pas encore comment, mais…

    Je mange une bouchée alors qu’il reprend sur moi… Il n’aurait jamais deviné que mon domaine était la danse, ou peut-être était-ce le fait que je sois étudiante. J’étais pas trop sûre. Il me pose d’autres questions encore. Aucun doute qu’il ne s’y connaît pas trop. Tout en mangeant, je lui réponds, mais bon, je ne parle quand même pas la bouche pleine. Je suis une fille bien élevée!

    Je suis tombée amoureuse de la danse toute petite et j’ai toujours voulu en faire ma carrière. Je veux danser dans une compagnie, gagner mon salaire juste en dansant. Et puis… ma danse favorite… c’est difficile! Je danse de tout, mais ma première passion, c’est le classique. Mais la concurrence est rude, c’est pas gagné pour moi encore.

    Je finis de manger tranquillement mon assiette.

    Tu me dirais quand je deviens gossante et que tu veux aller te coucher… si tu as fait toute la nuit, tu dois être fatigué quand même… Mais si non… je me demandais, qu’est-ce qu’un agent de police des stups fait dans sa vie de tous les jours? Fêtard? Je te vois bien comme un oiseau de nuit…

    Je lâche les services pour manger mes fruits. Je les déguste l’un après l’autre, du bout des lèvres. Je dois dire que j’ai presque trop mangé déjà, alors que je n’ai pas mangé toutes les patates, ni les œufs au complet et j’ai à peine manger une tranche de pain au complet. J’ai un petit appétit, en même temps… pas le choix quand tu veux garder une taille longiligne parfaite pour la danse. Bon, faut pas non plus abuser, je n’étais pas maniaco-dépressive au sujet de mon poids. Je faisais attention tout en sachant me faire plaisir de temps à autre. Il ne fallait pas trop se priver non plus. Bon, ça faisait quand même déjà un moment que j’étais ici et je me demandais un peu ce que j’y faisais. Je l’appréciais et je passais un bon moment malgré la première très mauvaise impression que j’avais eue de lui. Mais je sais pas…




[pas super hein? Bosser de nuit, c'est pas terrible en fait... je me rattrape au prochain tour ♥]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Nombre de cartons : 8
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Dans mon appart ou ailleurs
☂ Je suis : Flic
☂ Mon humeur est : Toujours assez bonne


Appart 404

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Ven 12 Oct - 22:58

Horrible remplir des papiers toute la nuit? Je crois que je pourrais crier cette injustice pendant des heures. Juste le fait de rester assis est plus que pénible alors imaginer de devoir lire des dossiers qui ne m’intéressent pas toujours… Tout ce que j’ai à faire c’est de me trouver bien des défaites pour pouvoir me dégourdir les jambes même si cela peut me retarder un peu dans le boulot. Quoi? Ils n’ont rien à dire sinon je leur réponds clairement que ce n’est juste pas ma place. La plupart du monde rêve d’être derrière ses gros bureaux massifs et plus que garnis, moi en gentleman, je leur donne volontiers ma place! Bref, je hoche de la tête sous son bon appétit puis je l’écoute prendre la parole. La danse est sa réelle passion. Juste à regarder ses yeux, je peux percevoir cette étincelle brillé alors qu’elle en parle.

« La compétition est peut-être féroce mais tu vas y parvenir t’inquiète! »

Et oui, toute personne qui rêve d’obtenir ce qu’elle veut, l’obtient avec acharnement et je ne doute pas que cette demoiselle en a! Même si je ne suis vraiment nul dans ce domaine, je pourrais parier qu’elle va réussir. Je suis bien devenu flic contre tout attente donc pourquoi, elle, elle ne parviendrait pas à c’est fin? Bon je ne vois pas pourquoi je suis t’en optimiste avec elle mais faut bien avoir confiance en nos compétences un jour. Tout en discutant j’avais terminé de manger et elle aussi. Puis elle me demande si elle me dérange…

« Si j’aurai tant été fatigué je t’aurai donné un café pour me faire légèrement pardonner et après je t’aurai foutu à la porte tout simplement. »

Je rigole évidemment mais après cette nuit, faut croire que je suis encore actif. Toutefois c’est vrai dans un certain sens. Quand je suis vraiment fatigué, je suis pire qu’un insociable et haïssable par-dessus tout. Je dois avouer que ça ne m’arrive pas souvent mais je déteste quand ça m’arrive car je ne m’endure même pas moi-même. Bref, ignorant son sujet de fatigue, je me lève et va porter les assiettes dans le levier ainsi que ranger quelques affaires dans le frigo tout en laissant le plat de fruit qu’elle grignote sur la table. Je m’occuperai de faire la vaisselle plus tard, puis je retourne m’asseoir face à elle tout en remplissant à nouveau ma tasse de café. Que ferai-je sans le café arfff…. Réfléchissant quelques instants à sa question je hausse les épaules.

« Dans la vie de tous les jours… Et bien ça dépend. J’ai un horaire très varié. Une journée je peux travailler 20h avoir une nuit de 13h à 16h et retourner au boulot. Sinon je peux aussi avoir 3 jours de congés, c’est arriver certes une seule fois, mais je rêve de le ravoir! Et effectivement, à mes temps perdus, je suis assez fêtard … D’une certain façon c’est un moyen facile de décrocher de mon emploi qui prend excessivement beaucoup de mon temps. »

En fait, Véronika me fait penser à quel point je suis un bourreau de travail. Je travaille régulièrement 6 jours semaine et mes temps libres sont en grandes parties les entraînements, rendre visite à ma famille et mes soirées. Par contre, je ne sais pas qu’est-ce que je ferai de moi si j’aurai plus de temps libre…Mieux vaut m’occuper je pense. Regardant ses fruits, je lui vole une fraise. Quoi, je peux bien me permettre elles viennent quand même de moi et elle ne va pas tous les manger si je me fie à son petit appétit. Étrangement, je trouve que j’en dis un peu trop sur moi… Elle va quasiment finir par en connaître plus sur moi que ma mère… Me relevant, je contourne la table et va m’asseoir confortablement sur mon canapé. Impoli de la laisser seul à la table, non je ne crois pas, elle peut faire ce qu’elle veut après tout. Peut-être que me mettre plus loin d’elle va m’empêcher d’en dire un peu trop… Non en fait cela est totalement illogique mais je ne vois vraiment pas pourquoi j’ai tout dit ça, ce n’est pas dans mes habitudes pourtant…Je vais mettre sa sur la fatigue qui commence! Je me demande bien pourquoi suis-je autant chaleureux avec elle… De bon cœur je suppose… Arf, trop de supposition, retournons vers elle vaut mieux!

« Et les répétitions de danses doivent te prendre énormément de temps je suppose. As-tu le temps de sortir des salles de cours pour te changer les idées ? En fait non, tous les étudiants profitent de leur soirée libre pour sortir! Ah le bon vieux temps… Bref, de nuit ou de jour toi? »



(HS: Très mauvais je sais...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 29
☂ Nombre de cartons : 16
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Entre hôpitaux et studio?
☂ Je suis : Etudiante en Danse


Appart 412

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Jeu 18 Oct - 10:54

    Je l’écoute parler, et à vrai dire c’est agréable de juste rencontrer quelqu’un et de parler de tout et de rien… ces derniers temps, mon moral n’est pas vraiment au beau fixe, mais je donne bien le change je crois. Personne à part mon frère n’est vraiment au courant de ce qui se passe dans ma vie. La famille c’est ce qu’il y a de plus important, et il faut dire que la nôtre est pas mal partie en vrille quand même. On était six personnes hyper soudée, mais la maladie et les accidents nous ont séparé… et on peut dire brisé pour Zéphyr et moi. Une mère à l’hôpital, un frère en institution, l’autre décédé depuis peu après un long coma, un père qui s’est barré avec une jeunette… enfin la fête dans la famille quoi! Et puis, rajouter à tout ça des problèmes de santé, et c’est parfait! J’avais une vie de merde dernièrement mais je m’en sortais pas si mal. Et puis, personne n’avait besoin d’être au courant.

    Je parle de la danse, et là, je sais que mes yeux brillent, c’est ma passion et j’espère tellement percer là-dedans, même si j’ai failli abandonner il y a pas si longtemps que ça. Il m’encourage et je trouve ça adorable en fait. Quand je lui demande si je le dérange, sa réponse me fait rire. Est-ce qu’il m’aurait vraiment foutu dehors après juste un café? Il était plus probable qu’il ne m’aurait juste pas rattrapée quand j’avais tourné les talons et puis ça se serait simplement arrêter là. Je souris. Il se lève, range un peu puis revient s’asseoir avec une tasse de café. Je lui demande ce qu’il fait de ses temps libres, il y réfléchit puis il me répond. J’avais assez bien cerné le personnage quand même, c’était un oiseau de nuit, j’en étais sûre. Enfin, un oiseau de nuit bien occupé. Son job avait l’air de lui prendre vraiment beaucoup de temps. Trop? Ça, c’était à lui seul d’en juger. Je grignote tranquillement des fruits et lui lance un regard faussement outré quand il me pique une fraise. Je sais pas, je trouve que je le fais bien parler… Je me demande s’il raconte sa vie à toutes les étrangères qu’il rencontre ou si je suis juste douée pour le faire blablater sur sa vie. Puis soudain, il se lève et quitte la table. Je le regarde faire en fronçant les sourcils. WTF! Pourquoi est-ce qu’il se barre tout d’un coup comme ça et va se poser sur son canapé. Je bouge pas de la table, mangeant encore quelques fraises avant de repousser doucement l’assiette. Je m’apprête à me lever pour le quitter quand il se relève et revient s’asseoir près de moi. Plutôt étonnée par son attitude bizarre, je place ça sur la fatigue qu’il a sûrement accumulée cette nuit et peut-être d’autres nuits.

    Il me retourne ma question saucé spécialement pour moi. De nuit ou de jour? C’est une bonne question! Si la danse me prend beaucoup de temps? Aucun doute! Je me lève et vais ramener mon assiette sur le comptoir avant de revenir m’asseoir sur la chaise, plaçant l’un de mes pieds sous mes fesses. Je le regarde un moment puis me lance. Il faut bien que je lui réponde!

    Oui, les cours, répétitions et tout ce genre de truc, ça me prend un temps fous. Disons que la semaine, je fais vraiment que ça ou presque.

    Que ça? Oui, c’est pas faux. Même si je vais en plus rendre visite à ma mère au moins deux fois par semaine et à mon frère au moins trois, en comptant les fins de semaine évidemment. En fait, depuis tout ce bordel, je me rends compte que je suis presque pas sortie en boîte… trop de choses en tête, trop de chose à faire… Ma vie était devenue beaucoup trop sérieuse en fait!

    Ben faut dire que je suis plutôt de jour… j’adore sortir, mais j’ai plus vraiment le temps pour. Et oui, les étudiants sont réputés pour être des oiseaux de nuit… Ben j’suis devenue plutôt plate à ce niveau-là dernièrement! Faudrait que je sorte un peu plus d’ailleurs…

    Je lui souris, même si un voile de tristesse est passé devant mes yeux clairs. Quand je pense à tous les changements qu’il y a eu dans ma vie durant cette dernière année, je déprime un peu. Parce que je crois bien qu’aucun de ces changements n’a été vraiment positif. Ma famille que j’adore est en morceau, mon frère Zéphyr est pas loin de la dépression et si ça continue, il risque d’y tomber vraiment profondément. J’essaie de faire de quoi, mais c’est vraiment pas facile… Et puis il y a ces affaires de santé et tous ces foutus examens médicaux que je dois faire régulièrement pour qu’il puisse trouver ce que j’ai. Tout ça est bien trop lourd pour moi je crois. En fait j’ai une vie de merde. Et ça fait un peu mal de se rendre compte que c’est à ce point-là devant un petit-déjeuner préparé par un semi-inconnu… En fait, en y réfléchissant bien, j’ai presque plus de vie sociale, plus d’amant, je sors plus!

    Je devrais recommencer à sortir, me trouver un mec, non un amant… et puis me saouler! Oui, un bon programme ça…

    J’ai pas vraiment parler pour lui, j’étais un peu perdue dans mes pensées. Je relève les yeux sur lui alors que mes joues deviennent légèrement rouge, je viens de me rendre compte que j’ai parlé à haute voix. Je ris, puis finit mon café.

    Tu devrais m’emmener un de ces jours, ça pourrait être drôle.

    Je souris doucement en coin. Je sais pas si je parle uniquement de la sortie là… mais j’espère que c’est comme ça que ça paraît. Je voudrais pas avoir l’air de le cruiser… c’est pas ça du tout! De un, je suis nulle pour ce genre de chose, je drague jamais, on me drague plutôt! Et puis maintenant que j’ai petit-déjeuner et que j’ai passé un bon moment, j’ai aucune envie de rentrer chez moi. Je crois bien qu’il va être obligé de me foutre dehors le moment où il voudra dormir, parce que sinon je risque de rester encore un peu. il a l’air un peu fatigué quand même, mais bon.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Nombre de cartons : 8
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Dans mon appart ou ailleurs
☂ Je suis : Flic
☂ Mon humeur est : Toujours assez bonne


Appart 404

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Ven 19 Oct - 3:46

La suivant du regard, je la regarde aller porter son assiette. J’aurai peut-être dû me lever, mais encore une fois, la galanterie n’est pas mon fort en ce matin. Non, en fait, j’ai bien fait de rester à ma place; cela me permet de la regarder de dos et je ne crois pas que j’ai besoin de spécifier pour moi. Pendant qu’elle revient s’asseoir, j’efface aussitôt mon sourire narquois. Toujours aussi intéressé, je continu de l’écouter. Je ne suis aucunement savoir qu’elle a un horaire très rempli par ses études. Lorsqu’elle parle du fait qu’elle aime les sorties de nuit, je souris légèrement. Voilà un autre moyen de peut-être la recroiser un jour. Par contre lorsqu’elle me dit qu’elle a peu de sortie, je ne peux m’empêcher comment sa vie doit être monotone. Et oui, pour moi, à mes yeux et surtout à l’âge qu’on a, il faut bien sortir, prendre l’air et s’amuser.

« N’oublie pas qu’il faut profiter un peu !»

Étrangement, je vois qu’elle m’a à peine entendu et que son regard se voile. Est-ce du désarroi, de la tristesse, du découragement, de désespoir? Aucune idée je ne la connais pas assez et je ne suis pas à ce point curieux au point d’aller dans les questions poussées pour aujourd’hui. Tant qu’à moi, j’aurai demandé toutefois je pense plus convenable de me taire. Cet air légèrement enfantin est si étrange sur elle. Elle semblait sincèrement voir éperdument troublé. Ca vie ne doit pas être tout rose…Puis, je l’écoute dire un mec, un amant et de l’alcool… Elle n’en a déjà pas? Remarque qu’elle ne semble même pas s’apercevoir de ce qu’elle vient de déclarer… J’hausse du sourcil et essaye de réfléchir vingt fois pour sortir une réponse brillante. Cependant rien ne me vient en tête! C’est ça être un homme! On se retrouve toujours dans de drôle de situation sans savoir nécessairement comment s’en sortir. Puis je vois ses petites joues qui se teintent rapidement d’un joli rouge. Au moins cette fois je peux affirmer à 100% qu’elle doit être gênée et qu’elle veut se reprendre. Puis, elle me demande d’y amener. Surpris je dois bien l’avouer mais d’un certain sens je suis assez flatté. Il n’y a pas si longtemps que ça, elle m’aurait arraché les yeux et maintenant elle me suggère de la sortir de son train-train de vie quotidien. Cependant, je ne sais pas vraiment de quoi elle parle mais je vais prendre pour acquêt de la sortir dans un bar et de la faire boire… Remarque que les autres offres pourraient même m’intéresser, elle est assez jolie, souriante, et semble sans attache. Tout pour me plaire quoi!

« Oh tu n’aurais pas dû dire ça toi. Je suis toujours partant pour ce genre de chose. Tu vas avoir toute la journée pour te préparer pour ce soir, je t’amène je ne sais où encore, mais je vais bien trouver. Met toi sexy, tu vas peut-être pouvoir trouver un futur amant parfait pour toi. Je te promets que tu vas revenir chez toi avec un bon taux d’alcool dans le sang. Tu vas passer une très belle soirée, voir une nuit tu vas voie. Moi, pour le moment, je vais aller dormir parce que je ne crois être capable de faire toute la journée et tout la nuit sans dormir.»

Souriant et de fort bonne humeur, je déballe déjà mon plan. J’adore les sorties et jamais je ne reviens déçu. Cette belle Véronika mérite bien de passer une soirée digne d’elle et si je peux la satisfaire moindrement, ça va me faire un grand plaisir. Moi, il va simplement falloir que je reste un peu plus sage pour pouvoir la ramener bel et bien chez elle et non finir ailleurs. En plus, j’ose imaginer Véro dans une jolies tenues de soirées et je me rends compte à quel point elle serait digne d’un mannequin. D’ailleurs, moi aussi, il va falloir que je me trouve de quoi à mettre, me rase et surtout prendre une bonne douche. Me relevant encore, j’attrape sa main, la tire pour qu’elle se lève et la traîne jusqu’à la porte. Lui adressant un clin d’œil, je lui ouvre la porte en m’accotant dessus.

« Je t’aurai bien dit de rester avec moi, mais je crois pas que tu m’aurais trouvé très social. N’ose pas te défiler ce soir, je passerai te chercher vers 9h30 environ. Et dépêcher toi de rejoindre ton appart, des gens pourraient te voir sortir du mien et ce poser des questions! »

Je rigole un peu sur ma dernière phrase. Je sais qu’elle se fou autant que moi des opinions des autres. Lentement, je relâche sa main pour pouvoir la laisser partir. Peut-être avec un peu de regret que je dois oublier puisque le sommeil me rattrapera d’une manière ou d’un autre sinon. Elle, elle, doit vraiment me prendre pour quelqu’un d’étrange… Je la connais à peine et l’invite déjà à sortir pour la divertir. Et si elle ne vient pas, elle va me connaître pour de vrai, elle n’avait qu’à ne demander. Choses dites, choses faites! Il faut simplement que je réussisse a lui faire passer une belle soirée mais je vais probablement y arriver. Faut bien rester positif.

« Passe une belle journée ma chère!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 29
☂ Nombre de cartons : 16
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Entre hôpitaux et studio?
☂ Je suis : Etudiante en Danse


Appart 412

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Ven 19 Oct - 11:55

    La matinée a pris quand même une drôle de tournure, des confidences autour d’un petit-déjeuner. J’ai repensé à ma famille et il a sûrement senti que je n’étais plus tout à faire là pendant un instant, mais si c’est le cas, il a assez de tact pour ne pas en parler. Il marque un ou deux points. Mais bon, mes paroles d’après me font légèrement rougir au moment où je me rends compte de ce que j’ai sorti. Sérieusement Vero? Tu peux pas penser un peu avant de parler. Il faut pas non plus qu’il croit que je lui fais des avances, parce que c’est franchement pas le cas. Il a beau être mignon comme tout, bon okay, plus que mignon, je ne fais JAMAIS d’avance à un mec! Pour changer de sujet, pour parler d’autre chose et enlever la gêne qui m’a prise, je lui annonce qu’il devrait un jour m’emmener. Je sais pas trop ce qui me prends, mais dans le fond… je connais pas grand monde dans cet immeuble encore, en fait quasiment personne si on y réfléchit bien. Alors pourquoi pas? Ça me permettrait sans aucun doute de me changer les idées. Et puis, ça a l’air qu’on s’entend assez bien tous les deux, alors c’est vrai… pourquoi pas? Sa réponse me fit sourire un peu plus, je garde le léger rouge sur mes joues. Et oui, vive les peaux claires, moi je vous le dis. Il m’annonce qu’il va me sortir ce soir, que je vais passer une super soirée, peut-être me trouver un amant… merci de me rappeler ce que je viens de dire… que je vais m’amuser et que je rentrerais saoule. Intéressant! Aucun doute! Puis il me dit qu’il va aller dormir lui, parce qu’il sera pas capable de toffer la journée plus la nuit s’il dort pas. En fait, il me fout dehors. Il me prend par la main et me tire. Il me met vraiment à la porte en fait. Il ouvre la porte et s’accote en me faisant un clin d’œil, je sors de son appart et le regarde en riant.

    Okay, c’est correct, je m’en vais!

    Ce qu’il dit ensuite me fait rire sincèrement. J’hoche la tête, non je vais pas me défiler, aucune chance. En fait, j’ai assez hâte de voir ce que sont les soirées pour Tanner. Ah la curiosité est un vilain défaut. Puis je lève les yeux au ciel quand il me dit que je devrais me dépêcher parce que quelqu’un pourrait me surprendre. Je me retourne et lui fait un petit signe de la main après lui avoir tiré la langue.

    Dors bien… et à ce soir… je serais prête. En espérant que tu tiennes tes promesses…

    Je rentre tranquillement à mon appartement et je me rends compte que sous le coup de la colère, j’ai même pas fermé à clé… ouh là, ça va pas bien! Je rentre, me barre à l’intérieur et vais retrouver mon lit. J’ai pas eu le droit à ma grasse mat? Et bien… je vais traîner au lit en pensant à ce soir, c’est parfait comme programme. Et oui, ce soir, je vais danser… en plus, en charmante compagnie! Que demander de plus? Rien pour le moment, ça me convient parfaitement. Une fois sous les draps, je frissonne, brrrr, les draps étaient plus chauds quand je les ai quitté. Mais ça va, ça se réchauffe vite. Et pour finir, je m’endors encore une petite heure. Quand je me lève vers midi, en fait, j’ai peut-être dormi plus qu’une heure, mais bon, je fais un peu de rangement, appelle mon grand frère pour papoter un peu avec lui et puis encore un appel à mon petit-frère qui me raconte tout ce qui s’est passé depuis les quelques jours où je ne suis pas venu le voir. Je lui promets de passer le voir dimanche pour manger avec lui et je raccroche de bien bonne humeur. Mon petit frère va bien, il est heureux maintenant dans cette institution et c’est l’essentiel, ou disons le meilleur que l’on pouvait souhaiter dans cette situation pas idéale.

    Un petit coup d’œil à mon agenda me fait remarquer que j’ai failli oublier mon rendez-vous à l’hôpital… Je me dépêche de m’habiller et file en voiture. J’ai quelques tests à faire aujourd’hui… même si je suis plus ou moins convaincue que ça ne sert strictement à rien. La seule solution pour faire sûre que j’ai bien ce qu’il pense que j’ai… c’est de faire une crise à l’hôpital ou d’arriver à l’hôpital encore en crise. Mais bon, c’est pas demain la veille. Et puis, c’est fatiguant ces foutus tests, mais bon, faut bien faire sûre que j’ai rien d’autre. À la sortie de l’hôpital, je file en ville, un peu de shopping n’a jamais fait de mal à personne et je veux me trouver une petite robe pour ce soir avec une paire d’escarpin. Quand je rentre enfin chez moi, il est déjà presque 18 heures, j’ai intérêt à me magner, si je veux être prête autour de l’heure qu’il m’a annoncée. Je saute dans ma douche, une douche brûlante… que du bonheur. Et voilà, que j’y passe un peu trop de temps, comme d’habitude en fait. Quand j’en sors enfin, ma douche est un hammam! Enroulée dans une serviette, je pars la cuisson d’un petit plat de pates, parce que si je me saoule à soir, il faut que j’aie quelque chose de solide dans mon petit estomac. Et vu que je sais pas s’il veut m’emmener manger… enfin j’en doute, vu l’heure à laquelle il vient me chercher, un peu tard pour manger non? Bref, je me sèche les cheveux pendant que l’eau chauffe et une fois qu’elle bout, pouf les pâtes et on revient à la préparation! On arrive au choix de sous-vêtement… crucial pour partir en soirée! Je vais dans le classique, de la dentelle noire, un tout petit string adorable. Un petit brassage des pâtes et on passe à la cession maquillage, on fait ça léger et tout en finesse pour mettre en valeur mes yeux clairs et mes jolies lèvres. Plutôt réussi, je vais finir mon repas et je mange rapidement. Oui, oui, je suis toujours en sous-vêtements… vive les rideaux! Je vais débarrer ma porte au cas où il arriverait, parce qu’on est presque rendu l’heure, je file à la salle de bain pour me coiffer, un chignon coiffé-décoiffé qui part dans tous les sens, je me regarde et je souris, ça sera nickel! Et puis je file enfin à ma chambre pour enfilage de robe ultra moulante… j’entends ma porte qui sonne et je regarde l’heure, il a prévu le coup, il est en retard, mais pas assez on dirait… je vais vite regarder dans le juda et c’est bien lui, je file à nouveau dans la chambre en parlant en direction de la porte.

    Rentre, je serais prête dans quelques secondes… minutes…

    Je souris en coin et j’enfile ma robe. C’est une jolie robe couleur or, mini et plutôt décolletée. Quoi? Il m’avait bien dit de me préparer sexy, je fais que suivre ses conseils. J’enfile également ma paire d’escarpin assortie et puis sort de ma chambre (enfin!). Je lui souris en m’avançant vers lui puis fait un petit tour sur moi-même, découvrant un joli dos nu.

    Alors assez sexy pour une folle soirée en ta compagnie?

    Je viens poser un baiser rapide sur sa joue puis prend une petite sacoche noire et une veste, parce que sinon je vais vraiment geler.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Nombre de cartons : 8
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Dans mon appart ou ailleurs
☂ Je suis : Flic
☂ Mon humeur est : Toujours assez bonne


Appart 404

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Ven 19 Oct - 21:14

Est-ce que je la mets dehors? Oui, très clairement et précipitamment même. Pourtant, elle ne semble pas vraiment s’en préoccuper. Je crois plutôt qu’elle doit bien comprendre ma situation. Même si j’aurai bien passé plus de temps avec elle, j’aurai fini par lui dormir en pleine face. Ca on peut dire que c’est mille fois plus impoli que de la pousser hors de mon appart pour qu’elle puisse vaquer à ses occupations. En plus l’idée semble plutôt lui plaire et tant mieux. Je lui souris alors qu’elle me fait signe de la main, que je lui rends évidemment.

«T’inquiète, rares sont les fois où je n’accomplie pas mes promesses. »

Je la regarde marché dans le corridor et la vois rentrer dans son appartement. Non je ne l’observais pas, je repérai plutôt où elle habite. En fait c’est peut-être les deux mais bon, passons aux choses plus sérieuse. Refermant la porte aussitôt qu’elle fut rentrée chez elle, je me retourne en soupirant. D’un certain sens je me décourage désespérément en ce moment. Je la connais à peine et déjà je l’incruste dans ma soirée. Bref, ça dure aujourd’hui, reste à savoir si cette relation étrangère va réellement mener à quelque chose de plus qu’ami voir connaissance. De plus, j’ai pas oser l’inviter avant cette heure-là puisque j’ai des choses à faire avant tout et que cela aurait pu être déplacer de l’inviter ailleurs. En fait je sais vraiment pas elle en pense quoi, elle semble plutôt discrete et répondre toujours d’un petit sourire mignon. Mon regard tombe sur la vaisselle. Pas question de la faire en ce moment ça ira à probablement demain. Même si je ne semble pas fatigué, je sens que mon corps est épuisé. Rendu à ma chambre je soupire de soulagement. Voir mon lit me fait toujours plaisir bien que j’y passe peu de temps. Marchant vers la fenêtre, je jette un regard à l’extérieur. Les gens commencent à s’activer dans les rues alors que moi je vais faire l’inverse. D’un coup, je tire sur les rideaux pour qu’aucune lumière ne pénètre la pièce. Me déshabillant, je jette plus loin mon chandail et mon jogging pour ensuite me mettre sous les draps. J’aurai pu penser que ça allait me prend plusieurs minutes avant de pouvoir m’endormir, au lieu de ça, à peine ai-je eu le temps de fermer les yeux que j’ai sombré dans un sommeil profond. Les bras de Morphée m’ont vite accueilli, c’est le cas de le dire. Beaucoup plus tard, je commence bouger dans mon lit et m’étire lentement. J’en profite pour accrocher au passage mon téléphone cellulaire pour y regarder l’heure. Quoi! Il est déjà 18h30 ce n’est pas croyable. En vitesse, j’enfile un jean et un t-shirt qui trainait sur ma chaise. Pas le temps d’avoir une meilleure allure, j’attrape les dossiers et je file à l’auto. Et oui, hier sans le vouloir je suis partie avec une pile de papier qui doit rester au bureau. J’aurai pu retourner les porter ce matin mais je n’avais pas la volonté d’y retourner tel était mon ennui de cette nuit. Bref, il fallait que la paperasse soit là pour 19h puisque c’est l’heure ou parfois les gens de nuits rentraient. Ne respectant pas vraiment les limites de vitesse, j’arrive à l’établissement à moins 10. Je sais pas comment j’ai fait mieux vaut ne pas se poser de question quand il n’y a pas vraiment de réponse valable. Marchant d’un pas rapide, j’entre dans le bureau et va déposer les dossiers sur le coin de celui-ci. Soupirant de chance, je me retourne et vois qu’une secrétaire m’observe. Je lui souris légèrement et sors immédiatement de la bâtisse. Pas question de répondre à des questions. J’ai simplement oublié le protocole qui dit de ne pas laisser traîner de papier confidentiel encore plus quand on est du genre à les perdre ou les détruire. Reprenant le chemin du retour, j’y vais plus lentement. D’ailleurs je commence même à réfléchir puisque je dois trouver l’endroit où amené Véronika. Faut bien spécifier qu’ici à Friendswood, il doit y avoir 5 boites de nuits et 2 bars miteux et même là je suis généreux. Donc le choix est pas mal restrictif. Petit détour imposé, je vais à la banque me retirer de l’argent comptant et vérifier mon compte chose que je ne fais pas régulièrement. J’adore être flic et travailler beaucoup. À chaque fois que je jette un coup d’œil à mes états financiers, je suis toujours agréablement surpris et je m’aperçois à quel point mes dépenses se consacres toujours au même. De retour à la maison, je rentre dans mon appartement, non barré puisque j’étais trop pressé et me dirige vers la salle de bain. Une bonne douche va être bien méritée. Eau chaude quasiment au maximum, je me mets sous le jet brulant et frissonne presque de plaisir. Rien de plus apaisante qu’une douche bien brulante. Après plusieurs minutes, je sors de mon sauna adoré et va regarder mon reflet devant le miroir. J’ai meilleur mine que tout à l’heure c’est certain. Bref, je m’applique à ma tâche et me rase au poil près. Si certaines femmes trouvent que c’est piquants moi je dirai plutôt que ça me gratte continuellement. Les joues et le mentons lisse, je peux enfin me rendre dans ma chambre pour m’habiller après avoir mis un peu de gel dans mes cheveux. Ouvrant mes tiroirs, j’attrape un boxer blanc que j’enfile immédiatement. Je ne peux m’empêcher que je suis vraiment content d’être un mec; c’est beaucoup moins long se préparer et les vêtements sont excessivement plus simple et classique. Résultat pas besoin d’aller magasiner à tous les mois puisque les classiques perdure dans le temps faut croire. Ouvrant ma garde-robe, j’observe quelques instants… Je n’ai aucunement la motivation de regarder mes vêtements pendant 15 minutes et de me changer 5 fois. Ainsi, j’opte toute suite pour une chemise noire à manche longue et un jeans foncé. De cette façon, je vais facilement être éclipsé par Véro qui a du probablement me prendre mot pour mot à mon grand plaisir. Mettant ma montre à mon poignet, je remarque qu’il est déjà 9 heures. Pas vraiment de presse puisqu’elle ne va pas être prête à l’heure comme le ¾ de la gente féminine et je dis sa sans rancune, je suis habitué. Passant dans la cuisine, j’ouvre le frigidaire pour y grignoter une pointe de pizza qui traîne tout en rangeant la vaisselle du matin dans le lave-vaisselle, de loin la meilleure invention avec le frigidaire et la laveuse. Une vingtaine de minutes passées, je me rends à la salle de bain et me brosse les dents. Un dernier regard à mon miroir et je trouve toujours que je ressemble à la même chose! Bref, il est le temps de partir. J’attrape au passage mes clefs, mon portes-feuilles que je glisse dans ma poche arrière et prend une veste accrochée aux portes manteaux. Porte barrée, je marche jusqu’à son appartement t cogne à sa porte. Sans surprise elle me dit de rentrer.

« Prend ton temps, il nous en reste encore pour longtemps!»

Lui dis-je en lui souriant l’espace d’un instant qu’elle est apparue avant de retourner dans ce que j’imagine sa chambre ou salle de bain. Elle a un studio la chanceuse. En fait, vu ses études, il est vrai qu’un appartement aurai été inapproprié. Croisant les bras sur mon torse, je regarde autour de moi tout en l’attendant. Quelques instants après, elle en sorte tout vêtu de sa robe assez révélatrice. Moqueur mais sincère, je la siffle puis rigole légèrement en la voyant faire un tour sur elle-même
.
« Tout à fait ravissante ma jolie! Personne ne va pouvoir te résister. Toute les filles vont t’en vouloir de t’avoir mis aussi sexy.»

Lui dis-je de bonne foi pendant qu’elle me donne un baiser sur la joue. On dirait deux amis de longues dates qui se côtoient de fréquemment alors qu’en réalité notre rencontre ne remonte pas à plus d’une seule journée. La laissant enfiler sa veste et prendre ses affaires, nous sortons de son appartement et je la regarde barré ses portes. Ensuite, je glisse mon bras sous le sien et la mène jusqu’à l’ascenseur. Je ne suis quand même pas assez sadique pour lui faire descendre des marches avec les souliers qu’elle a. Rendu au hall d’entrée je la guide vers l’extérieur, l’amène vers mon véhicule et lui ouvre la porte toujours dans un silence mystérieux. Assise à l’intérieur, je referme la porte et va m’asseoir du côté conducteur. Voiture démarré et en chemin, je lui en dis un peu plus sur sa soirée.

«Ce soir, je t’amène au centre-ville quel bar précisément je ne sais pas on peut tous les faire, ils sont sur la même rue. Nous allons prendre un ou plusieurs verres et je vais probablement croiser des amis, ainsi tu feras probablement la connaissance de gens intéressant.»

Pendant le trajet, elle et moi discutions de tout et de rien. C’est agréable d’être en sa compagnie, c’est vraiment une fille amusante et amicale. Rendu à destination, les deux débarquent et entre dans la boite de nuit principale. De loin la plus grande et la plus achalandée, tout pour y trouver quelqu’un. La reprenant par le bras, autant pour ne pas la perdre que pour la forme de paraître d’un bon accompagnateur, je nous dirigeai vers le bar. Assis chacun sur un banc en hauteur, je commande deux tequila pour commencer. Les verres aussitôt arriver, j’en prends un et tend l’autre à la jolie étudiante.

« À ta santé et à la réussite de ta soirée!»

Je cogne mon verre et au sien et l’avale d’un trait en espérant au fond de moi qu’aucun gars ne fasse vraiment interruption.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 29
☂ Nombre de cartons : 16
☂ Loyers payés : 34
☂ Je me trouve : Entre hôpitaux et studio?
☂ Je suis : Etudiante en Danse


Appart 412

MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner] Mar 23 Oct - 6:00

    J’avoue que je m’étais pas vraiment stressée pour me préparer, et puis de toute façon, j’étais jamais capable d’être à l’heure, à une seule exception près… les galas de danse… là, j’étais prête plusieurs heures en avance, mais bon je n’avais pas vraiment le choix non plus. Je voulais que ça devienne mon métier et pour devenir une étoile, autant éviter autant que possible d’être éliminée par manque de ponctualité. Et puis j’aimais bien et avait besoin d’avoir un petit moment de calme en coulisse avant qu’il se remplisse complétement de toutes les autres danseuses, danseurs, maquilleurs, chorégraphes, les gens pour le son et la lumière… et tout le reste du personnel d’un théâtre en fait. Ça en faisait du monde, et il fallait être entraîné pour réussir à en faire abstraction et se préparer au mieux pour la représentation. Les coulisses sont de vraies fourmilières. Enfin, à quelque part… une sortie peut s’apparenter à une représentation. Il faut briller et plaire! Bon c’est pas vraiment les mêmes enjeux enfin pas du tout les mêmes, mais bon! Malgré tout ce soir, j’avais décidé de me mettre sur mon 31, enfin d’être vraiment sexy comme Tanner me l’avait conseillé. J’allais quand même être de sortie avec un habitué de la vie nocturne et plutôt beau gosse d’après ce que j’en avais vu, alors il fallait être à la hauteur. Et puis, ça m’amusait beaucoup! Qui sait, si je me faisais belle pour lui ou pour me trouver un amant, ou peut-être les deux ensembles… Et puis, me trouver un amant était pas vraiment dans mes préoccupations présentes, certes j’avais laissé échapper que ça me ferait du bien, mais c’est pas pour ça que j’allais activement en chercher un. J’avais franchement d’autres choses en tête la plupart du temps. Quand je le fis entrer dans mon appart, il me dit de prendre mon temps. Je souris en coin, à tous les coups il s’attendait à ce que je ne sois pas prête. Je suis donc si prévisible? Non, en fait, les femmes en général, nous sommes assez prévisibles sur ce point-là… La ponctualité n’est pas vraiment notre fort pour les sorties. Pourquoi? Et bien, ce n’est pas seulement à cause de la longue préparation… c’est aussi qu’on s’y prend toujours trop tard pour commencer! Mais bon, c’était pas vraiment important. Tant qu’il s’agaçait pas pour ça d’entrée, ça allait bien aller.

    Lorsque je suis enfin prête et sort de ma chambre pour lui montrer ma tenue de ce soir, je tourne sur moi-même comme si j’avais besoin de son approbation, sa réaction me fait rire. Il me siffle en riant et m’annonce que personne ne pourra me résister et que toutes les filles seront jalouses. Ah vraiment? Personne ne pourra me résister? Mmh, intéressant. Il me laisse finir de me préparer puis une fois que j’ai barré mon appartement, il me prend par le bras et m’entraîne vers l’ascenseur. Je souris, je suis heureuse de sortir ce soir. Je vais tout oublier en dansant et en buvant avec un cavalier sympa et prévenant… et pour ne rien gâcher, c’est vraiment agréable de papoter de tout et de rien avec lui. Franchement, je suis pas si mal tombée, ça serait même plutôt le contraire! Le trajet jusqu’à sa voiture se fait dans un silence un peu mystérieux, je ne sais pas du tout où il compte m’emmener et me le dire n’a pas l’air de faire partie de ses priorités. Ça ne me dérange pas, d’ailleurs contre toute attente, je ne pose aucune question. Je sais qu’il est un fêtard invétéré… donc je pense qu’il va m’emmener à quelque part de sympa et qui en vaut la peine. Le reste, pas important! Il m’ouvre la portière, ce qui me surprend un peu… serais-je tombé sur un mec galant? C’est intéressant de le découvrir tranquillement. Je m’installe et puis il vient prendre le volant, démarre et sort de la cour. Il roule en direction du centre-ville de Friendswood. Il me dévoile un peu de ce qui va se passer, des bars au centre-ville et sûrement quelques rencontres avec des amis à lui, des gens intéressants. Je souris, j’ai hâte de voir ça! Nous papotons de tout et de rien sur le reste du chemin. La conversation est agréable, variée. Une fois arrivé et garé, on sort de l’auto et il me dirige vers l’entrée de la boîte la plus grande, je la connais pour y être allée une ou deux fois. Mais bon, sans plus, je suis pas vraiment une super fêtarde depuis un an et puis ça fait un bail que je n’y ai pas remis les pieds en fait. Il me prend par le bras et je souris en coin, il ne s’en rend peut-être pas compte, mais le fait que j’arrive au bras d’un homme va sûrement en décourager plus d’un de m’approcher… c’est un geste un peu possessif je trouve, même s’il s’en rend sûrement pas vraiment compte. Je ne vais rien dire, je m’en fiche de rencontrer un gars ce soir, j’ai surtout envie de passer une bonne soirée, en compagnie agréable, et je suis déjà accompagnée de quelqu’un d’agréable et même drôle. Alors j’ai pas vraiment à me plaindre. Il nous commande un verre et je vois arriver deux shooters de tequila. Oh seigneur, je crois qu’il a vraiment l’intention de me tuer. Je prends le verre qu’il me tend en souriant et lui fait un clin d’œil avant de caler mon verre. Puis je grimace, j’avais oublié comment c’était fort la tequila! Enfin, j’avais pas oublié, mais j’avais vraiment oublié comment je grimaçais avec. Je ris. Il a dû voir ma grimace, j’en suis sûre!

    Tu as vraiment décidé de me tuer! Et ris pas de moi…

    Mais bon, je suis pas vraiment convaincante vu que je dis tout cela en riant. Je lui tire la langue en faisant signe au serveur pour qu’il nous en serve deux autres. Puis je me penche un peu, comme pour lui dévoiler un secret…

    Tu sais danser toi? Parce qu’il va falloir me faire danser un peu, j’espère que t’es au courant!!!

    Je prends mon verre alors qu’il prend l’autre et puis nous les faisons tinter encore une fois l’un contre l’autre.

    À une soirée complétement folle… et débridée! Parce que sinon ça serait pas drôle…

    Je cale à nouveau mon verre en grimaçant! Parce que de toute façon, caler une tequila sans grimacer, c’est pas drôle et pas normal! Je peux en boire toute la nuit que je grimacerais toute la nuit, ça n’a juste aucun sens. Je passe doucement la langue sur mes lèvres pour récupérer la tequila puis je le prends par la main en sautant de mon tabouret.

    Viens te déhancher avec moi…

    Je ne lui laisse pas le temps de répondre et l’emmène. S’il se dégage et me dit non, j’irais danser un peu toute seule et je le rejoindrais plus tard… mais j’espère bien qu’il m’accompagne.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner]

Revenir en haut Aller en bas
 

Je vais te découper en petits morceaux et donner à manger aux pigeons... [Tanner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ou trouver des morceaux d'ardoise ?
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» L'automne en mille morceaux!
» Les petits santons ;-)
» SOS 125 à 130 petits chiens entassés dans une maison(08)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impasse du déjanté :: L'immeuble de tarés :: Le 4ème étage :: 404 - Tanner A. Bomer-