Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar


☂ Nombre de cartons : 5
☂ Loyers payés : 14


SDF

MessageSujet: Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade Jeu 1 Nov - 17:30


Devine qui c’est ?
→ S. Zéphyr O’Maley & Jade S. Nolans-O’Maley



Cela fait maintenant plusieurs jours que je me trouve à Friendswood. J’ai pris une chambre dans un petit motel. Il a bien fallu que je demande de l’aide financière à mes parents afin de subvenir à tous mes besoins. Une chance qu’ils soient toujours aussi généreux et ne posent pas trop de questions. Je sais qu’ils ont été surpris que j’arrête mon petit tour du monde, mais je ne suis pas prête à expliquer que c’est à cause d’un homme que j’ai épousé à Las Vegas pendant une grosse cuite. Même s’ils sont très compréhensifs, je pense qu’ils auraient probablement envie de m’égorger, et ce serait vraiment justifier. Je ne veux pas qu’ils soient déçus de mon comportement et dans le fond, je ne sais pas vraiment comment ils réagiraient. Mais je présume aisément qu’ils ne le prendront pas avec un grand sourire. Je préfère attendre le bon moment ou mieux encore, ne rien dire du tout. Après tout, ils n’ont pas besoin de connaître chaque détail de mon existence, aussi folle soit-elle. Je me pose vraiment beaucoup de trop de questions, mais comment faire autrement ? Je me demande encore comment j’ai pu m’attacher aussi rapidement à cet homme que je connais pourtant à peine.

Finalement, après de longues minutes de réflexion, je prends mon sac et grimpe dans la voiture que j’ai louée le temps de mon séjour ici. Sera-t-il plus court que prévu ? Je n’en sais encore trop rien, mais j’espère que je fonce tout simplement pas dans un mur de briques qui pourrait me faire beaucoup de mal. Je démarre et me met en route vers la résidence où demeure Zéphyr. Cela peut paraître complètement dingue, mais je tiens vraiment à lui, même si je ne le connais pas plus que cela. Cette rencontre avait été spéciale, et c’est certainement pour cela que je me souviens aussi précisément de lui et que j’avais eu envie d’en apprendre davantage. Certes, les choses ne se sont pas passés comme je les avais prévu, mais ce sont les aléas de la vie, je les accepte toujours. Maintenant, il faut que je sois assez forte pour faire face à tous ces événements qui me tombent dessus. Jusqu’à présent, je les gère assez bien. Je n’ai pas perdu la tête, je n’ai pas sombré dans la dépression après la découverte de ce mariage. Je crois même que je pourrais vraiment en rire, à certains moments. Il n’y a vraiment qu’à Las Vegas que l’on fait ce genre de conneries. Nul part ailleurs, deux personnes qui ne se connaissent pas auraient l’idée de s’unir devant un Elvis Presley ou je ne sais quoi. Mais c’est sans nul doute ce qui rend cette ville si magique. Tous les excès sont permis. Ils sont justement là pour ça, tous ces gens. Sinon, quelles raisons auraient-ils d’aller dans ce coin-là ? Ce n’est probablement pas le désert qui est si attirant et attractif.

Perdue dans mes pensées, je me rends seulement compte que le trajet a été plus vite que ce que j’avais imaginé. Je me gare à une rue de l’immeuble où il vit. Un peu de marche me fera le plus grand bien. Il faut que je me prépare à ces retrouvailles qui risquent d’être... étrange, je suppose. Je sors de la voiture, attrape mon sac, verrouille le système et me met en marche vers l’immeuble. En même temps, je découvre le coin qui me semble être plutôt sympathique. Petite, je ne connaissais pas cet endroit du Texas. Je découvre encore de nouvelles choses et cela me plait bien, finalement. J’entre dans l’immense bâtisse et regarde le papier que je gardais dans ma poche. Il vit au quatrième étage... merveilleux. Comme il est hors de question que je prenne l’ascenseur (ces engins de malheur tombent trop souvent en panne), je me décide à emprunter les escaliers. Dieu que ça va être long et épuisant. Une chance que je sois encore assez sportive pour le faire. C’est en me répétant que tout ira bien que je franchis toutes ces marches. Des marches qui me paraissent être interminables. Vraiment, qui a eu l’idée de cet immeuble ? Et encore, je me plains, mais à New-York, ce n’était franchement pas mieux. Lorsqu’il fallait rendre visite à des amis de maman qui avait un appartement au dixième étage, c’était bien moins amusant encore. Ils trouvaient que j’étais désespérante, chose que je pouvais parfaitement comprendre. Mais chacun ses phobies, après tout !

4ème étage, victoire ! Maintenant, ne me reste plus qu’à trouver le numéro 416. Pas facile avec cette structure. Je tourne un peu et marche tellement rapidement que je me rends compte qu’en réalité, je l’ai dépassé de quelques numéros. Je reviens donc sur mes pas et me retrouve devant la porte. Je respire et lève le poing pour frapper mais n’en fait rien. Et s’il ne voulait pas de moi chez lui ? Après tout, il n’a jamais répondu à mes appels, monsieur a fait le mort ! Il a fallu que je le recherche... Peut-être a-t-il quelqu’un dans sa vie et ma présence ne serait vraiment pas la bienvenue ? Oh, au Diable toutes ces questions ! Je prends finalement mon courage à deux mains et frappe à la porte... Ne me reste plus qu’à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 32
☂ Nombre de cartons : 1287
☂ Loyers payés : 6753
☂ Je me trouve : Actuellement, je déprime et noie mon chagrin dans mon lit.
☂ Je suis : Styliste & occasionellement chanteur guitariste dans des bars
☂ Mon humeur est : Déprimée. (oui ça m'arrive)


Appart 416

MessageSujet: Re: Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade Ven 2 Nov - 3:33


Do you remember last summer ?

De plus en plus, j'avais l'impression de ne rien faire d'autre que de èrer comme une pauvre âme en peine. C'était un peu ce que j'étais devenu finalement. Si j'avais toujours eus ce lourd passé avec lequel j'avais beaucoup de peine à vivre, ça ne m'avait jamais empêché de cacher derrière tout ça, derrière le masque du parfait fêtard constamment enjoué et même un petit peu plus con que la normal. Mais à toujours être là pour tout le monde et à toujours sourire et mentir sur ce que je traversais réellement dans ma vie, ça avait fini par imploser devant ce trop plein monstrueux, tout simplement. Trop de douleur, trop de mensonges, trop de souvenirs ... Et maintenant, je ne vivais plus. Je me contentais de survivre. C'était encore plus vrai, depuis que mon frère avait fini par mourir. Dans le coma depuis un an suite à un terrible accident de la route, j'avais continué de croire à un réveil miraculeux pour lui. Un réveil, ça c'était fait ça, en effet. Mais c'était finalement pour mieux mourir. Et moi qui étais alors trop prit par mon road trip, je n'avais pas tout de suite été mis au courant. Parce que Veronika avait préféré que je continue ce voyage que j'avais entrepris justement pour me changer les idées. Je n'avais évidemment pas prévu qu'à mon retour, les choses auraient empirées. Et pourtant, c'était bien le cas. Ca avait empiré et sacrément qui plus est. Et face à tout ça, ma petite soeur avait été seule. Pour une fois que j'avais pensé à moi et à moi seul, j'avais été sévèrement puni. Et j'avais beau savoir qu'il ne servait à rien de se lamenter sur son propre sort, c'était plus fort que moi et je continuais de sombrer chaque jour un peu plus, dans une abîme de douleur sans fin. C'était évidemment plus que je ne pouvais supporter. Et face à tout ça, je n'avais que ma soeur. Elle était la seule à être tout à fait là pour moi et ce, jusqu'au bout. Et elle était celle pour qui je ferais absolument tout. Ce qui me semblait d'une logique imparable d'ailleurs, compte tenu du fait que nous avions toujours été là l'un pour l'autre. Malgré tout, je ne tenais pas à l'alerter sur mon état psychologique qui était vraiment au plus bas. Elle avait bien assez à gérer avec sa propre douleur, sans devoir supporter la mienne. Alors je faisais encore un peu semblant. Je souriais quand elle était dans les parages et je continuais de vaquer à mes occupations, comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

J'avais toujours été un bon acteur. Alors pourquoi ne serais-je pas capable de continuer même maintenant ? Il n'y avait donc que le week-end, que je me laissais tout à fait sombrer. Je buvais trop, je prenais des somnifères pour dormir et je ne mangeais quasiment pas. Je me contentais de me traîner de mont lit à ma salle de bains, de la salle de bains aux toilettes et des toilettes à mon canapé. C'était ça mon programme durant mes deux journées de repos : dormir, me doucher, regarder la télévision. Et ainsi de suite. Je ne faisais plus autant la fête qu'avant non plus, tant qu'à faire. Mais juste assez pour ne pas alerter tout le monde sur mon état psychologique. Et en attendant la prochaine soirée, j'étais justement avachis sur mon canapé, devant la télévision, ce jour là. Je regardais un programme totalement débile, plongé dans le noir. Parce que malgré que le soleil fut levé depuis bien longtemps maintenant, je gardais les volets fermés. La seule chose que j'avais daigné avaler ce jour là, c'était une tasse de café noir pour me maintenir éveillé et rien de plus. Moi qui mangeais comme un ogre d'ordinaire, ça aurait eut de quoi catastropher ma soeur si elle avait été au courant. Mais ce n'était évidemment pas une chose de laquelle je me vantais. Loin de là même. Ca faisait parti de tout ce que je lui taisais. C'était horrible que d'avoir des secrets pour elle ... Mais je le faisais pour son propre bien. C'était en tout cas ce dont j'étais en train de tenter de me prouver, quand j'entendis des coups à ma porte. Je fronçai les sourcils et regardai l'heure. En pleine après-midi, ça pouvait être n'importe qui. Instinctivement, je baissai le volume de la télévision. Si l'identité de la personne ne me plaisait pas, je pourrais toujours faire comme s'il n'y avait personne. Difficilement, le corps endolori par la fatigue et le manque de nourriture, je m'extirpai de mon canapé et allai à la porte. Un oeil dans le cyclope me renseigna sur l'identité de la personne qui venait de me frapper. Et ce, totalement choqué et surpris, que j'ouvris la porte, pour tomber nez à nez avec ... « Euh ... » C'était quoi son prénom déjà ? Merde, elle me l'avait dit et répété et l'avait même écrit sur un bout de papier à côté de son numéro. Un truc doux, court, mignon tout plein ... « Qu'est-ce que tu fais là ? » Pas très glorieux, j'en convenais. Mais j'étais encore trop surpris par l'apparition de cette fille que j'avais tenté de chasser hors de ma vie, tout en ayant l'étrange envie qu'elle y reste. Jade ... C'était ça son prénom.



Mon déguisement pour Halloween ? Celui que je suis vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savetonight.forumgratuit.org




avatar


☂ Nombre de cartons : 5
☂ Loyers payés : 14


SDF

MessageSujet: Re: Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade Ven 2 Nov - 21:35


Devine qui c’est ?
→ S. Zéphyr O’Maley & Jade S. Nolans-O’Maley



Est-ce que j’avais pris la bonne décision ? Voilà la question qui tournait sans cesse dans mes pensées. En venant jusqu’ici, je pensais que c’était la meilleure chose à faire et que le jeune homme avait parfaitement le droit de connaître nos folies. Mais, maintenant que je me trouve devant chez lui, je doute. Cela va certainement lui faire un choc. Je me souviens parfaitement de ma réaction, cela avait été complètement dingue. Je ne voulais pas y croire, je pensais que je rêvais encore ou que j’étais toujours sous l’effet de l’alcool. Mais rapidement, j’ai pris conscience que ma connerie était réelle. J’ai eu ensuite un enchainement de réactions et d’émotions. Les larmes, la crise de rire, ce sentiment de culpabilité envers mes parents qui me pensaient responsables, l’agacement puisqu’il ne répondait plus aux appels. En bref, j’en avais été toute retournée. Mais le pire a été de me rendre compte que Zéphyr comptait vraiment pour moi et que je voulais réellement le revoir et être à ses côtés. Mais qu’est-ce qui cloche chez moi ? Il faudrait probablement que je renonce. C’est la meilleure chose à faire.

Mais déjà, la porte s’ouvre et je me retrouve nez à nez avec lui. Bravo Jade, quel temps de réaction, tu mérite la médaille olympique ! Encore un peu, et je me mettrais bien une claque sur le front, mais je crains de paraître trop folle. « Euh ... » Bon, ça commence bien. Il semblerait qu’il ne sache même plus mon prénom et qu’il m’ait complètement oublié. Je savais que jamais je n’aurai du mettre les pieds dans cet immeuble ! Mais pourquoi suis-je donc incapable d’écouter ma bonne conscience ? Cette petite voix angélique qui me dit toujours que je ne devrais pas faire quelque chose... mais je ne l’écoute jamais ! « Qu'est-ce que tu fais là ? » me demande-t-il... ou comment dire : tu peux pas virer de mon pallier, j’ai pas envie de te voir. Rha, non, il ne faut pas que je pense à cela. C’est vrai que ma présence est surprenante et si la situation avait été inversée, il est probable que j’aurai eu la même réaction. Allez, il faut que je me reprenne, je ne me laisse jamais abattre !

Sourire, air enjoué, regard heureux. « Bonjour Zéphyr ! Moi aussi je suis très heureuse de te revoir après tout ce temps. » dis-je en le regardant. Il ne me semble pas être dans son assiette, comme toutes les autres fois où j’ai eu l’occasion de le rencontrer. Pourquoi autant de souffrance dans son regard ? Il semble être à mille lieux d’ici, c’est tellement étrange comme sensation. Je n’aime pas lorsque les gens sont tristes ou malheureux. J’aime lorsqu’ils rayonnent de bonheur, qu’ils rient, qu’ils sourient. Et j’aimerai qu’il en soit de même pour lui... Je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose me pousse à vouloir le faire. « J’aimerai que l’on parle tous les deux, si tu le veux bien, évidemment. » ajoutai-je dans un nouveau sourire en essayant de ne pas être trop nerveuse. C’est bizarre, mais je sens cette nervosité qui monte de plus en plus en moi et qui s’accroche comme pas possible.

« Mais si tu es trop occupé, je peux venir à un autre moment. » dis-je dans un sourire. Je ne veux pas m’imposer chez lui de cette manière s’il ne le souhaite pas. Même si évidemment, je souhaite qu’il ait envie de m’entendre. Bien que je ne sais toujours pas comment je vais lui dire pour notre mariage. Je n’ai rien préparé à l’avance, je n’ai pas de plan bien construit. Comment réagira-t-il quand il l’apprendra ? Après tout, je sais que nous étions deux dans cette chapelle, mais il semblerait que je sois la seule à avoir des souvenirs de cette fameuse nuit. Sinon, je suppose qu’il m’aurait rappelé... À moins qu’il n’ait vraiment plus envie d’avoir le moindre contact avec moi ? Ah, stop ! Il faut que j’arrête. Il faut que cela cesse. Pourquoi soulève-t-il autant de questions en moi ? J’aimerai réellement le comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 32
☂ Nombre de cartons : 1287
☂ Loyers payés : 6753
☂ Je me trouve : Actuellement, je déprime et noie mon chagrin dans mon lit.
☂ Je suis : Styliste & occasionellement chanteur guitariste dans des bars
☂ Mon humeur est : Déprimée. (oui ça m'arrive)


Appart 416

MessageSujet: Re: Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade Ven 2 Nov - 22:32


Do you remember last summer ?

Ce n'était pas parce que je commençais à lâcher prise, que j'étais plus décidé qu'avant, à me confier à qui que ce soit. C'était même tout le contraire, puisque je n'avais de cesse de me renfermer sur moi même, jour après jour un peu plus encore. Même mon meilleur ami, n'avait plus eut droit à de réelles confidences de ma part, depuis bien longtemps. Depuis l'instant où j'avais lâché l'affaire et que ma lente chute avait démarré. Je savais que ce n'était vraiment pas la chose à faire. Mais c'était vraiment plus fort que moi. Et un fois que j'avais lâché, il m'avait été tout simplement impossible de remonter à la surface. C'était devenu trop difficile, trop laborieux, trop tout ... Alors je coulais chaque jour un peu plus et je cessais de donner le change, peu à peu. J'avais entrepris un road trip tout autour des Etats-Unis, durant six semaines. Tout ça pour me changer les idées. Mais ça n'avait absolument pas fonctionné. Au lieu de ça, j'étais rentré lessivé et moins bien qu'avant encore. Et pour apprendre que mon frère était mort tant qu'à faire. Bref, c'était une descente aux enfers qui ne semblaient plus vouloir s'arrêter. Est-ce que ça allait quand même prendre fin un jour ? Même ça, je n'étais pas capable de le savoir. J'avais juste à attendre et à voir par moi même. Et en guise d'attente, je passais mon temps chez moi à ne rien faire, pas même m'alimenter. C'était certain, je n'allais pas remonter la pente par magie. Et puis finalement, je m'en foutais bien. Ce n'était pas un objectif que je m'étais fixé. Aller mieux ? Pourquoi faire ? J'aurais pu être en train de me poser la question, quand on frappa à ma porte. Mais à la vérité, j'avais simplement l'esprit vide. Je ne pensais plus à grand chose. Mais quand je pris conscience de qui se trouvait devant ma porte, mon cerveau se remit en marche. Cette fille n'était pas n'importe quelle fille. Même si elle n'était pas tout à fait parvenue à me remonter le moral et moins encore, à me faire parler ... Elle était au moins parvenue à me faire sourire, du peu de temps que nous avions passés ensemble. Et ça, ce n'était vraiment pas rien. Surtout ces derniers temps. Pourtant, quand je me retrouvai en face d'elle, la seule question qui me vint ... Ce fut ... Pourquoi était-elle là ?

« Bonjour Zéphyr ! Moi aussi je suis très heureuse de te revoir après tout ce temps. » Je soupirai en songeant que j'avais l'air bien malpoli. Mais le choc de la trouver sur le pas de ma porte, avait prit le pas sur tout le reste. Ce n'était pas quelque chose qu'elle pouvait me reprocher tout de même. Finalement, je marmonnai un truc à mi chemin entre le "s'lut" et le "ouais génial" et même un bout de "ah bon ?". Bref, un truc qui n'avait aucun sens et qui sembla avoir toutes les peines du monde à sortir de ma bouche. « J’aimerai que l’on parle tous les deux, si tu le veux bien, évidemment. » Que l'on parle tous les deux ? Avait-elle déjà oublié que je n'étais vraiment pas un bavard, au point de lui avoir tout le temps laissé faire la conversation ? Parce que de la conversation, elle en avait. A revendre même. Une fois qu'elle était lancée, elle ne s'arrêtait plus. Et plutôt que de trouver ça chiant et ennuyeux, ça m'avait amusé et même attendri. Même si je n'avais pas tout écouté, préférant parfois me concentrer sur la route que sur le nombre d'animaux qu'elle avait pu avoir ou l'histoire de son premier petit ami. « Mais si tu es trop occupé, je peux venir à un autre moment. » J'eus une ébauche de sourire, en pensait que j'étais loin d'être occupé. Mon appartement était toujours plongé dans le noir, avec simplement la télévision qui fonctionnait maintenant en sourdine. « J'ai l'air d'être occupé ? » Demandai-je doucement, après un court silence. Finalement, je me reculai et lui fis signe d'entrer, après avoir prit le soin d'allumer la lumière. « T'as fais tout ces kilomètres pour venir "parler" ? Ou t'étais dans le coin et t'es tombée par hasard sur un immeuble où y'avait mon nom sur l'interphone ? » Demandai-je sur un ton moqueur, en tentant de me souvenir si c'était moi qui lui avais donné mon adresse. Je n'en n'avais pas gardé souvenir en tout cas. Je refermai la porte derrière elle et m'éloignai. Au passage, je récupérai un tee-shirt en réalisant que j'étais torse nu, avant d'aller ouvrir un store. J'eus une grimace de douleur devant cette luminosité soudaine et allai éteindre la lumière en me frottant les yeux ? « T'vu boire un truc ... Jade ? » Demandai-je en me retournant pour lui faire à nouveau face, accentuant sur son prénom, fier de m'en souvenir.



Mon déguisement pour Halloween ? Celui que je suis vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savetonight.forumgratuit.org




avatar


☂ Nombre de cartons : 5
☂ Loyers payés : 14


SDF

MessageSujet: Re: Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade Mer 7 Nov - 15:12


Devine qui c’est ?
→ S. Zéphyr O’Maley & Jade S. Nolans-O’Maley



Je ne savais pas exactement comment je devais être en sa présence. Comme à mon habitude, je faisais en sorte d’être la plus détendue et souriante possible. Après tout, je fonctionne toujours de cette manière puisque je n’aime pas les gens qui tirent des têtes de trois mètres de long. Mais actuellement, la situation est bien plus complexe que cela. S’il ne s’agissait que d’une banale visite amicale, je serai plus apte à faire de l’humour comme je le fais bien souvent. Je serai déjà en train de rire de mes propres blagues, mais je n’y parviens pas. Je sais que je suis nerveuse pour le moment et cette nervosité ne me quittera pas tant qu’il ne saura pas les raisons de ma présence aujourd’hui. Ce « secret », je le garde depuis plusieurs semaines et cela commence à être pesant. Il faut que l’on parle de ce que nous avons fais, même si il n’en garde que très peu, voir pas de souvenirs. J’en ai assez pour tous les deux.

« J'ai l'air d'être occupé ? » me répondit-il. Un sourire étire doucement mes lèvres, en effet, il n’a pas l’air très occupé, ce qui m’arrange fortement. De toute façon, je crois que je n’avais pas l’intention de faire machine arrière, même s’il croulait sous le travail. Il faut que nous discutions et nous aurons cette discussion quoiqu’il arrive. Une fois ce poids en moins sur mes frêles épaules, je suppose que les choses iront beaucoup mieux. Il allume la lumière, fait quelques pas en arrière et m’invite à entrer. Je soupir de soulagement et pénètre dans son appartement qui me semble être bien sombre. Bon sang, tout est ainsi chez lui ? Son appartement ressemble à l’antre d’un vampire qui se cache de tous et surtout, de la lumière du jour. « T'as fais tout ces kilomètres pour venir "parler" ? Ou t'étais dans le coin et t'es tombée par hasard sur un immeuble où y'avait mon nom sur l'interphone ? » Sa question me fait de nouveau sourire. S’il savait toutes les démarches que j’ai fais pour remettre la main sur lui ! Bon certes, il ne m’a pas fallu des années entières, mais seulement quelques jours. Mais il n’empêche que s’il n’avait pas prit la fuite, je n’aurai pas eu à le faire. Il enfile un tee-shirt et ouvre enfin un store. Miracle, la lumière du jour entre enfin dans cette pièce, ce qui me détend légèrement.

« T’veux boire un truc... Jade ? » Je me retourne vers lui après avoir contemplé durant quelques instants l’endroit où il vivait. Un appartement de mec, quoi. « Je veux bien. Peu importe quoi, du moment que c’est frais, ça me convient. » répondis-je dans un sourire en faisant quelques pas dans la pièce. Maintenant, il faut que je trouve le courage de tout lui dire en répondant également aux questions de tout à l’heure. Est-ce qu’il va me prendre pour une folle ? Peut-être pensera-t-il que je suis une psychopathe qui le pourchasse ? N’importe quoi ! « En fait, j’ai fais tout ces kilomètres dans l’unique but que l’on parle... ou que je parle, c’est selon le point de vue. » affirmais-je en arquant un sourcil. Parce qu’il faut bien le dire, à chaque fois que nous sommes ensemble, il n’y a que moi qui meuble nos conversations en faisant un monologue interminable. Mais sans cela, entre nous, il n’y aurait eu que le silence. Et franchement, le silence, c’est emmerdant ! Moi, j’apprécie les échanges... mais avec Zéphyr, ce n’était pas aisé.

« Est-ce que... tu te souviens de notre soirée à Vegas ? Tu sais, celle où tu as disparu le lendemain matin... » demandais-je en lui lançant un petit regard. Ce n’est pas franchement un reproche, je lui en fais juste la remarque et au moins, cela stimulera peut-être sa mémoire. S’il est au courant de tout, il parlera peut-être lui-même de notre mariage. Ou s’il ne s’en souvient pas, la mémoire pourrait brusquement lui revenir et je n’aurai pas la tâche difficile de mettre des mots sur cette situation dans laquelle nous sommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar


☂ Age : 32
☂ Nombre de cartons : 1287
☂ Loyers payés : 6753
☂ Je me trouve : Actuellement, je déprime et noie mon chagrin dans mon lit.
☂ Je suis : Styliste & occasionellement chanteur guitariste dans des bars
☂ Mon humeur est : Déprimée. (oui ça m'arrive)


Appart 416

MessageSujet: Re: Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade Mer 14 Nov - 0:42


Do you remember last summer ?

Accueillir Jade chez moi, c'était tout à fait inattendu et presque gênant. Gênant dans le sens où personne n'avait encore pu voir jusqu'où allait mon état de déprime avancé. C'est à dire, jusqu'à me faire vivre en véritable ermite. J'évoluais dans mon appartement, dans une obscurité quasi constante et personne ne pouvait plus y entrer. Jade était donc la première à passer le seuil de ma porte, depuis plusieurs mois. Même Veronika n'entrait plus ici, puisque c'était moi qui allai chez elle et non pas l'inverse. L'avantage d'avoir sa soeur qui vivait dans le même immeuble et au même étage, même. Malgré tout, je finis par laisser la jeune femme entrer là, avant d'enfiler un tee shirt puis ouvrir les stores. La lumière du jour me fit mal aux yeux, au point de grimacer de douleur. Je me détournai pour pouvoir regarder la jeune femme que j'étais encore surpris de voir chez moi. J'ignorais toujours ce qu'elle faisait là. Et compte tenu du fait que je ne lui avais quasiment pas parlé, malgré nos heures de co-voiturage et notre soirée à Las Vegas, je ne comprenais vraiment pas pourquoi elle était là. Je doutais d'avoir su l'intéresser d'une quelconque façon que ce soit, alors que j'avais été silencieux et, à mon goût, d'un ennui mortel. Pourtant elle était là. Et de toute évidence, elle avait à me parler. Je ne voyais vraiment pas pourquoi ni de quoi au juste. Mais la curiosité avait raison de moi, alors j'étais prêt à l'écouter. Avant d'entrer dans le vif du sujet, je lui proposai à boire, fier de m'être finalement souvenu de son prénom. Il y avait quelque chose de vexant dans le fait de ne pas se souvenir du prénom d'une personne avec laquelle on avait passé pas mal d'heures. Un minimum d'effort de ma part, était donc requit. Je ne tenais pas à la vexer, d'aucune façon que ce soit.

« Je veux bien. Peu importe quoi, du moment que c’est frais, ça me convient. » Je hochai la tête en silence, avant de me détourner pour rejoindre le coin cuisine, séparé du reste de l'appartement par un simple comptoir. Je sortis un verre du placard et une brique de jus de fruits, du frigo. Une fois le verre plein, je la rejoignis pour le lui donner. « En fait, j’ai fais tout ces kilomètres dans l’unique but que l’on parle... ou que je parle, c’est selon le point de vue. » Je haussai les sourcils de surprise et la regardai un moment, sans savoir de quoi elle pouvait bien vouloir me parler. J'avais beau me creuser la tête, je ne voyais rien qui pourrait expliquer qu'elle ait eut besoin de faire tant de kilomètres, pour venir me parler. Est-ce que j'avais fais un truc que je n'aurais pas du, quand j'étais ivre comme un con ? Pas couche avec elle en tout cas. De ça, j'en étais certain. A moins qu'on ne se soit rhabillés après. Mais il y avait peu de chances que ça soit le cas. Bref, elle n'allait pas m'annoncer qu'elle était enceinte de moi, après une folle nuit d'amour qui n'avait en réalité jamais eut lieu. J'étais donc sauf de ce côté là. Pas de bébé à venir. « Je suis pas très bavard, en effet. » Ou du moins, je ne l'étais plus depuis quelques temps. Mais elle n'avait pas besoin de connaître ce genre de détail sans intérêt. Raison pour laquelle je me laissai tomber dans un fauteuil, en lui désignant le canapé. « Si ce que t'as à me dire est long, tu ferais mieux de t'asseoir. » Soufflai-je simplement, en me laissant moi même aller dans le fond de mon fauteuil, en relevant le regard vers elle. « Est-ce que... tu te souviens de notre soirée à Vegas ? Tu sais, celle où tu as disparu le lendemain matin... » Je plissai les lèvres, en me demandant si elle était en train de me reprocher mon départ. Au choisir entre tout ce que j'avais fais, le plus reprochable était sans doute le fait que j'avais refusé tous ses appels par la suite. Je pensais que tout ça lui aurait parut assez clair, pour qu'elle comprenne que je n'avais pas la tête à tout ça. Et pourtant, maintenant, elle était là, en face de moi. Et je ne savais pas quoi en penser. « Ouais je m'en souviens. En même temps, on n'a pas passé cinquante soirées ensemble. Pourquoi ? » Lui demandai-je après un court silence.



Mon déguisement pour Halloween ? Celui que je suis vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savetonight.forumgratuit.org

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade

Revenir en haut Aller en bas
 

Devine qui c’est ? | Zéphyr&Jade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Jade - The little flower is lost in this big world
» Pour la jolie et rebelle Jade Campbell
» Devine d'où vient cette image?
» Jade McGrégor, une héritière mystérieuse
» Jade Bennson - Hey ! What did you expect ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impasse du déjanté :: L'immeuble de tarés :: Le 4ème étage :: 416 - S. Zéphyr O'Maley-